News

« Vive le Pen » : Robert Ménard dit dénoncer la « censure des bien pensants »

L’ancien patron de Reporters sans frontières Robert Ménard, qui publie le 5 mai un pamphlet intitulé « Vive Le Pen ! », affirme vouloir dénoncer « la censure des médias bien pensants » et le « procès en sorcellerie » attaché au Front national.

« Les diatribes contre mon livre, alors que personne ne l’a encore lu, c’est exactement ce que je dénonce », souligne Robert Ménard à l’AFP.

« Si vous pensez que certaines idées du FN peuvent être défendues, vous êtes tout de suite considéré comme un facho », s’exclame celui qui défendait la liberté de la presse à la tête de RSF et est aujourd’hui chroniqueur sur RTL et i-Télé.

Dans son édition du 31 mars, Le Nouvel Observateur, qui a été le seul à recevoir les épreuves du livre publié par les éditions Mordicus, lui consacre un long portrait et estime que le petit ouvrage de Ménard, co-écrit avec sa femme Emmanuelle Duverger –rédactrice en chef de la revue trimestrielle « Médias »–, « risque d’enchanter les frontistes ».

Le début du pamphlet, cité par l’hebdomadaire, résume son propos. « Oui, vive Le Pen ! Comme une bravade, comme un gant jeté au visage de ce monde de la presse qui joue les matamores face au Front national… »

Laurent Joffrin, dans un éditorial, relève : « il veut défendre les électeurs lepénistes méprisés par l’intelligentsia. Mais ce n’est pas les mépriser que de les contredire. Au contraire ».

« Dès que vous invitez sur un plateau une personnalité du FN ou proche de lui, il faut se justifier », rétorque Robert Ménard. « C’est un procès en sorcellerie et je suis excédé par tout cela ».

« C’est la censure des médias bien pensants, de la petite élite médiatique », poursuit le journaliste de 58 ans.

« Ce pamphlet, ce n’est pas une défense du Front national, père ou fille, mais la mise en évidence de la difficulté de lui accorder la même place dans les médias que celle donnée aux autres partis politiques », ajoute-t-il.

« Emmanuelle et moi, nous ne virons pas extrême-droite », assure l’ex-patron de RSF, estimant cependant que « Marine Le Pen, comme Jean-Luc Mélenchon, disent nombre de choses marquées au coin du bon sens. Et nier les changements au FN aujourd’hui, avec Marine Le Pen, c’est nier l’évidence ».

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :