News

Une note sur les sureffectifs enflamme France Télévisions

C’est la note qui a mis le feu aux poudres. Selon Le Canard enchaîné, Françoise Miquel, chef de la mission audiovisuel public au Contrôle général économique et financier – qui dépend de Bercy -, a rédigé une note début 2015, tentant de prouver que le groupe audiovisuel public supportait 1222 employés de trop, sur un effectif de 10.000 personnes!

Rédigée de sa propre initiative et avec ses hypothèses de travail non validées, Françoise Miquel a envoyé cette note aux sénateurs sans prévenir la direction de France Télévisions.

Du coup, la direction financière du groupe audiovisuel a été très surprise de recevoir un questionnaire de la commission audiovisuelle du Sénat lui demandant des explications sur cette note.

France Télévisions a répondu au Sénat, démontant point par point les chiffres avancés, et a envoyé la copie de sa réponse au ministère de la Culture et à celui des Finances.

Depuis, le dialogue, déjà un peu tendu, entre la direction générale de France Télévisions et la représentante de Bercy, est devenu franchement aigre.

Françoise Miquel est arrivée à calculer un sureffectif de 1222 postes, appliquant à France Télévisions le régime du temps de travail en vigueur dans les entreprises privées, et non celui convenu dans l’accord collectif signé entre la direction et les syndicats de France Télévisions en mai 2013.

Régime minceur

Négocié pendant trois ans, cet accord collectif, plutôt généreux pour les salariés de France Télévisions, est venu parachever l’instauration de l’entreprise unique. Certes, pour la faire avaliser par les représentants des salariés, les conditions ont été plutôt alignées vers le haut que vers le bas.

Cela n’a pas empêché le groupe audiovisuel public de s‘appliquer un régime minceur, tant les effectifs avaient pris de l’embonpoint.

Résultat, en cinq ans, France Télévisions a supprimé 650 postes nets pour descendre sous la barre des 10.000 emplois.

Si les efforts doivent être poursuivis, en raison de la réduction des dotations budgétaires à venir, la baisse des effectifs ne fait plus partie des priorités affichées par l’État actionnaire. Début mars 2015, Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, Emmanuel Macron, ministre de l’Économie et Michel Sapin, ministre du Budget, ont présenté ensemble la feuille de route du futur président de France Télévisions.

Cette feuille de route a été détaillée dans le rapport rédigé par Marc Schwartz. Or, dans ce rapport de 144 pages, il n’est pas fait mention de la nécessité de réduire fortement les effectifs de France Télévisions.

Source : Une note sur les sureffectifs enflamme France Télévisions

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :