News

Une fiction d’Arte Radio gagne le Prix Europa

“Comme un pied”, feuilleton sonore tragicomique réalisé par Arte Radio, vient de gagner le prestigieux Prix Europa. En 2010, nous étions sur le tournage.

Deux réalisateurs, une scripte, deux assistantes de production, une dizaine de comédiens… Une grosse production cinéma ? Non, une fiction d’Arte Radio, un « vrai grand film sonore », comme le dit Silvain Gire, responsable éditorial de cette webradio ambitieuse qui remet au goût du jour la création radiophonique. Ecrit par Mariannick Bellot et coréalisé avec Arnaud Forest, Comme un pied, feuilleton sonore tragicomique en douze épisodes d’une dizaine de minutes, a été doté d’un joli budget (plus de 40 000 euros). Sur le site arteradio.com, qui l’a diffusé en douze épisodes en octobre 2010, on peut suivre les aventures d’un joueur de football sénégalais, Memed (interprété par Adama Diop), fraîchement intégré au petit club de Saint-Murc. Lequel a de grandes ambitions : sa présidente (Florence Loiret-Caille) et son coach (Jackie Berroyer) n’hésitent pas à truquer des matchs pour favoriser leur enrichissement personnel…

Le tournage a lieu dans les studios de la radio, mais aussi hors les murs. Ce jour-là, assis dans les gradins du stade Charléty, portable à l’oreille, Jackie Berroyer est censé incendier l’entraîneur de l’équipe adverse. Chef d’orchestre de sa propre partition, Mariannick Bellot jauge le ton et la diction, donne des instructions précises : « Ça ne va pas, on entend trop les ballons [NDLR : de vrais sportifs s’entraînent à quelques mètres de là]. Jackie, je veux que tu mettes plus la pression à ton interlocuteur. De la rage, une pointe d’ironie ! » Star de cette fiction, Jackie Berroyer affiche une certaine nonchalance. « La radio, c’est comme le cinéma. Chaque son, même un froissement de vêtement, peut être capté par le micro. Il faut donc jouer comme si on était filmé. » Un avion passe, puis un tramway, puis un hélicoptère, la pluie tombe, des travaux de voirie démarrent… Comme au cinéma, donc, et pis encore, puisqu’il n’y a pas d’images et que le son est au premier plan. L’enregistrement est régulièrement interrompu, ce qui amuse puis exaspère la troupe. Mais le déplacement en extérieurs vaut le coup : « Il permet de capter la réverbération du son dans le stade, mais aussi de créer une atmosphère particulière qui s’entendra parfaitement », résume Mariannick Bellot.

Trois jours plus tard, on retrouve la bande, plus détendue, dans le studio d’Arte Radio, à Issy-les-Moulineaux. Séquence mouvementée : le coach et la présidente rencontrent l’insondable « Roi des Chinois », truand qui grenouille dans le milieu des paris sportifs et pourrait se révéler très dangereux pour nos héros en cas de non-respect de leur « contrat » frauduleux. La légèreté règne parmi les comédiens. Florence Loiret-Caille s’amuse de son personnage de présidente de club qui, d’après la scénariste, réunit « l’éthique de Bernard Tapie et la tendresse de Rachida Dati ». Elle fait tinter ses bracelets : « Ça fait partie de sa personnalité »…Hors micro, Jackie Berroyer distrait la galerie en imitant Michel Simon ou en racontant une anecdote sur la guenon de Léo Ferré.

« Pour préparer Comme un pied, j’ai enquêté pendant trois mois sur le milieu du football, qui m’est apparu comme une industrie moderne, très éloignée du rêve des petits garçons, explique Mariannick Bellot. J’ai ensuite écrit pendant un an et demi de façon discontinue, avec en tête des comédiens venus pour partie du cinéma, de façon à dépoussiérer l’image un peu vieillotte de la fiction radio. » Le ménage est réussi. Et l’opération permet à Arte Radio de continuer à affirmer sa belle vision de la création sonore, celle d’un art à part entière.

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :