News

Un vent de contestation à Radio France

La négociation sur la convention collective des journalistes a achoppé sur un avenant. L’intersyndicale (CGT, CFDT, CFTC, FO, SNJ, SUD) dénonce les méthodes de la direction.

Jusqu’à présent, les journalistes de l’audiovisuel public bénéficiaient d’un avenant à leur convention collective. Sarkozy, avec la loi sur l’audiovisuel public, a décidé de faire voler ce bel ensemble en éclats. À Radio France, les négociations finissaient lundi et ont abouti à une impasse. Au grand dam des syndicats (CGT, CFDT, CFTC, FO, SNJ, SUD), qui dénoncent avec un bel ensemble le refus de négocier, jusqu’à la date limite, de la direction.

Dans son communiqué, l’intersyndicale indique que « pour la première fois, la direction de cette entreprise de service public remet en cause le statut et les salaires des journalistes, et s’apprête à le faire pour les autres salariés » (qui ont jusqu’en juin pour négocier). Pour Lionel Thompson, de la CGT, le problème est triple : il intervient sur les salaires, « notamment pour les plus jeunes recrues, qui pourront très vite, dans leur déroulement de carrière avoir un manque à gagner de 3 000 à 4 000 euros par an ». Il est également sur l’organisation paritaire, qui gère les salaires, mais aussi les conseils de discipline. « À leurs yeux, c’est de la cogestion. Alors que pour nous, il s’agit juste de défendre l’intérêt des salariés », explique le journaliste. Enfin, il s’inquiète de ce que ce refus de négocier présage « pour les autres catégories de personnel, dont les salaires n’ont pas le même niveau que les nôtres. Ça pourrait être une catastrophe ». Pour l’heure, explique Jean-Éric Ziolkowski, de la CFDT, la direction « menace de faire passer le texte unilatéralement ». Dans un communiqué, elle a effectivement affirmé sa volonté de convoquer un comité central d’entreprise sous huit jours.

Une assemblée générale s’est tenue mercredi à la maison ronde. Les syndicats attendent la tenue du CCE pour définir la suite de leur action. À France Télévisions comme à Radio France, les directeurs ont été nommés et choisis par Nicolas Sarkozy…

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :