News

Thierry Thuillier propulsé à la tête de France 2

Il faut sauver le soldat France 2 ! Et pour ce faire c’est à Thierry Thuillier, le patron de l’information de France Télévisions, que Rémy Pflimlin, PDG du groupe public, a choisi de faire appel.Il remplace Philippe Vilamitjana, débarqué ce week-end. Thierry Thuillier est nommé pour une « mission » dont la durée n’est pas précisée. Objectif : « la redéfinition des programmes des après-midi de France 2 et plus généralement la réaffirmation du statut généraliste de référence de la première chaîne du service public », affirme France Télévisions. L’expression peut faire sourire tant la chaîne semble multiplier les déconvenues depuis quelques mois.Le groupe public vise 15 % d’audience pour France 2, alors qu’en septembre, la chaîne pointe à 13,4 %.

Principal échec de cette rentrée, « Jusqu’ici tout va bien », l’émission présentée par Sophia Aram à 18h15. Une énième nouvelle formule, probablement celle de la dernière chance, a été lancée hier. Mais il y a fort à parier que ce programme disparaîtra de la grille avant la fin de l’année. Le problème, c’est qu’il fragilise toute l’avant-soirée de la Deux, qui, entre 17h et 20h, a perdu 3,1 points en un an (6,2 % de part d’audience). Du coup, ce sont les audiences du 20h qui sont affaiblies. Or c’est justement sur cette tranche horaire que le service public peut faire rentrer le plus de publicité. Tout n’est pas noir, non plus pour France 2 dont les prime-time sont en progression (+200.000 téléspectateurs en un), mais impossible de les monétiser car il n’y a pas de publicité à cette heure là !

Valse des patrons

Le poste de patron de France 2 est à haut risque. Depuis que Rémy Pflimlin, PDG de France Télévisions a pris ses fonctions en 2010, plusieurs directeurs se sont succédés. Claude-Yves Robin d’abord, remercié en septembre 2011. Bertrand Mosca, ensuite, mais il a quitté ses fonctions au bout de quelques mois pour raisons personnelles. Le tandem Jean Réveillon/Philippe Vilamitjana lui a succédé, le premier ayant cessé d’exercer début 2013. Dans le même temps, la patronne de l’ensemble des programmes de France Télévisions, Emmanuelle Guilbart, était débarquée pour être remplacée par Bruno Patino.

La nomination de Thierry Thuillier intervient alors que le grand chantier de l’information de France Télévisions, qu’il doit conduire, doit prendre forme dans les prochaines semaines. La réforme prévoit la mise en commun de moyens entre les rédactions de France 2 et de France 3 et la création de services transversaux. C’est Yannick Letranchant, qui seconde Thierry Thuillier, qui va prendre en charge l’information du groupe public.

Enfin, changements également à France 4, où Tiphaine de Raguenel, directrice des activités jeunesse et Boris Razon, directeur des nouvelles écritures web et du transmedia, petit protégé de Bruno Patino, vont désormais piloter ensemble la chaîne. Celle-ci ayant vocation à évoluer vers un format « jeunes adultes », comme le souhaite l’Etat, actionnaire de France Télévisions.

Forte pression

Ces changements interviennent dans une période de fortes turbulences pour France Télévisions qui a essuyé les critiques la semaine dernière en raison d’un article du « Canard Enchaîné » rappelant que la transformation du groupe en entreprise unique avait coûté la bagatelle de 100 millions d’euros. Des sommes à imputer principalement à l’ancienne direction sous Patrick de Carolis. La publication de ces chiffres, au moment même ou France TV annonce un plan de réduction des effectifs de 361 personnes, a fait mauvais genre. Pour retrouver l’équilibre économique, le groupe entend réduire sa masse salariale à 9.750 employés en 2015, contre 10.100 aujourd’hui. Ce qui représenterait, une fois accompli, une économie de 50 millions d’euros par an. Pas d’accord, les syndicats ont appelé à la grève le 7 novembre.

L’équation n’est pas simple pour Rémy Pflimlin qui voit en plus les recettes de France Télévisions baisser. Malgré l’augmentation de la redevance, France Télévisions doit composer avec 325 millions d’euros en moins jusqu’en 2015, en raison du recul des revenus publicitaires et de la réduction de la dotation budgétaire accordée par l’Etat. La pression se fait sentir de tous les côtés, y compris de la part du Conseil supérieur de l’audiovisuel, très sévère avec France Télévisions, dont il nommera le futur président.Nul doute que la fin de mandat de Rémy Pflimlin, en poste jusqu’en août 2015, sera agitée.

viaThierry Thuillier propulsé à la tête de France 2, Actualités.

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :