News

Télévision : rien ne va plus à France 24

Rien ne va plus à France 24. Pour Libération, le bel instrument du rayonnement français à l’étranger est devenu “la chaîne de la cacophonie”. Le Figaro annonce, lui, une “crise ouverte”. Et pour l’un comme pour l’autre, le pataquès dans lequel se débat la rédaction de la chaîne internationale a une seule et même cause: la guerre entre Alain de Pouzilhac, le PDG, et Christine Ockrent, la directrice déléguée.

Résumé du dernier épisode par Libération: “L’histoire vue par les salariés, ça donne ça: mercredi le directeur adjoint de la rédaction, Albert Ripamonti, aurait été viré par Christine Ockrent. Et illico réhabilité dans ses fonctions par Alain de Pouzilhac. Qui dans la foulée aurait viré le directeur de la rédaction, Vincent Giret”. Libé décrypte: Giret est proche d’Ockrent, qui l’a embauché; tandis que Ripamonti serait l’homme de Pouzilhac. Toujours selon Libé, Giret n’aurait pas remis les pieds à son bureau depuis jeudi. Selon nos informations, il serait convoqué jeudi prochain pour un entretien préalable à son licenciement.

En fait, Alain de Pouzilhac et Christine Ockrent ne se seraient jamais entendus. Les premier, assure Le Figaro, “entend reprendre la main sur une entreprise qu’il a porté sur les fonts baptismaux.” C’est pourquoi, au début de l’été, il a rogné une partie des prérogatives de la seconde, rétrogradée du rang de directrice générale de France 24 à celui de…directrice générale déléguée.

Dans le Figaro, on apprend aussi que la chaîne serait dans ce qu’un syndicaliste appelle “une situation financière difficile” avec déficit prévisionnel situé entre 5 et 10 million d’euros pour 2011. Le même syndicaliste évoque par dessus le marché, mais au conditionnel, une “baisse des chiffres d’audience et de notoriété” au premier semestre 2010.

Pour le reste, les journaux de ce matin s’intéressent surtout à la radio. Europe 1 pour commencer. Ce qui nous ramène à Libération , dont le compte rendu de la conférence de presse donnée hier par le Patron de la station commence par ces lignes: “un jour, peut-être, Alexandre Bompard abandonnera son incompréhensible sabir technico-commercialo-marketing pour parler normalement”. Traduction: circulez, y a rien à voir. Pour quelques infos sur les ambitions de la station, on s’en remettra à la traduction des Echos. On y apprend qu’Alexandre Bompard compte “notamment” sur des clubs d’auditeurs pour faire progresser durablement l’audience d’Europe 1 et qu’il entend développer le chiffre d’affaires hors pub.

France Inter, maintenant et les coulisses de la matinale de rentrée. C’est un reportage du Parisien. On lit qu’Audrey Pulvar s’est levée à 2h45, porte de “vertigineux talons qui “tressaillent nerveusement”, et qu’elle laisse échapper de temps à autre “des moues agacées”. Quant à Patrick Cohen, l’homme de la tranche suivante, le reporter du Parisien relève qu’il lui “chipe le micro sans trop de ménagement, en lui coupant presque la parole”. Pas très galant. Mais on sait que la galanterie est rarement de mise parmi les duétistes du PAF. En témoigne l’affaire Pouzilhac-Ockrent.

Pub

1 Comment on Télévision : rien ne va plus à France 24

  1. Cette chaîne info (une énième) n’est finalement qu’une chaîne fantôme.
    Elle n’apporte absolument aucune différence par rapport aux autres alors quel intérêt de pondre une chaîne d’infos toutes les semaines.

    Trop c’est trop. Et France 24 est peut-être celle de trop.

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Les tweets qui mentionnent France 24 : guerre ouverte Ockrent-Pouzilhac | Le Media.fr -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :