News

Sur France Inter, Richard Attias défend Cécilia

Richard Attias a tenu, ce jeudi sur France Inter, à défendre son épouse, Cécilia, l'ex-femme de Nicolas Sarkozy. « Le mandat de cinq ans ne doit pas être mis sur le dos d'une personne qui est restée six mois », a estimé le publicitaire.

Selon Richard Attias, son épouse Cécilia n'était « pas impliquée, ni dans le Fouquet's ni dans le choix de la croisière » sur le yacht de Vincent Bolloré.

Ce spécialiste de la communication événementielle a tenu, ce jeudi sur France Inter, à défendre son épouse, l'ex-femme de Nicolas Sarkozy
Le président-candidat a exprimé des regrets depuis son entrée en campagne sur le fait d'avoir fêté sa victoire de 2007 au Fouquet's puis d'être allé se reposer sur le yacht de l'homme d'affaires juste avant le début de son quinquennat. Il a laissé entendre que ces choix avaient alors été dictés par les difficultés au sein de son couple avec Cécilia.
« Je n'étais pas là à cette période comme chacun le sait, j'étais à New York, c'est un peu loin de Paris, mais je suis marié avec Cécilia depuis quatre ans et vous pensez bien qu'on parle de ces choses-là », a expliqué Richard Attias sur France Inter.
Selon lui, « Cécilia n'a pas du tout été impliquée ni dans le Fouquet's ni dans le choix de la croisière ». « Elle n'était pas impliquée », a-t-il martelé, précisant que « ça engage (ses) propos ».
Le livre de Catherine Nay, « devrait être rééditer »
« Par ailleurs, je crois qu'il faut, à un moment donné, redonner aux Français une campagne de fond plutôt que d'essayer de l'utiliser comme fond de commerce », a poursuivi Richard Attias.
« Il ne faut jamais oublier que Cécilia est partie au bout de six mois, le mandat de cinq ans ne doit pas être mis sur le dos d'une personne qui est restée six mois », a fait valoir Richard Attias.
Ce dernier a aussi critiqué le récent ouvrage de la journaliste Catherine Nay, « L'impétueux », dans lequel elle affirme notamment que Cécilia Attias aurait fait pression pour être reçue par Barack Obama à la Maison-Blanche.
« Ce livre, qui se voulait un peu historique, va devoir être réédité car il y a certaines anecdotes dont j'ai été un acteur et qui m'ont interloqué », a regretté Richard Attias.
Selon lui, c'est le président américain qui aurait demandé à les recevoir alors qu'ils visitaient la Maison Blanche.

zp8497586rq

Pub

UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :