News

Sud Radio a annoncé « mettre à pied Eric Mazet »

La direction de Sud Radio a annoncé jeudi « mettre à pied Eric Mazet » et « prendre acte » de la mise en demeure du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) pour « propos discriminatoires » après une émission où avait été évoqué un « lobby juif » à propos de l’affaire DSK.

Eric Mazet est remplacé par Laurence Peraud à compter de ce jeudi, a indiqué dans un communiqué la radio, qui se refuse à fournir d’autres précisions pour l’instant.

La direction a décidé cette mise à pied à la suite de l’incident survenu au cours de l’émission « Cardoze-Mazet : Liberté de parole », diffusée le 22 août.

Sud Radio prend ainsi acte de la mise en demeure mercredi du CSA et de l’émotion que cet incident a pu provoquer, même si Michel Cardoze, co-animateur de l’émission, « a immédiatement pris ses distances, à l’antenne, avec les propos inadmissibles tenus par une auditrice », souligne le communiqué.

« Néanmoins, en aucun cas Sud Radio, ses dirigeants et ses animateurs ne peuvent être soupçonnés d’antisémitisme. Ils récusent énergiquement tous les procès en ce sens alimentés par cette maladresse qu’ils ont immédiatement dénoncée », assure la direction.

Les dirigeants de Sud Radio ont également été convoqués devant le CSA le 7 septembre afin qu’ils « précisent les dispositions prises pour éviter, à l’avenir, des manquements de cette nature », selon un communiqué du Conseil.

Le projet éditorial de Sud Radio « est fondé sur l’interactivité avec les auditeurs et leur liberté d’expression » (…). Cela suppose de ses animateurs une vigilance qui ne doit pas être prise en défaut », conclut le communiqué de la radio, qui émet pour la première fois sur une fréquence parisienne.

Selon le CSA, le 22 août, l’un des animateurs de « Cardoze/Mazet, liberté de parole » a demandé aux auditeurs de répondre à la question: DSK est-il soutenu par les juifs ? , relançant ainsi un débat engagé le matin même dans une émission qui avait déjà provoqué le dérapage d’un auditeur » lors de l’émission « Ménard en Liberté ».

Un auditeur avait affirmé que Dominique Strauss-Kahn était « soutenu par les juifs », estimant qu’un lobby juif aurait facilité son non-lieu à New York.

Robert Ménard avait répondu qu’il ne pouvait laisser dire des choses pareilles. Mais, l’après-midi, l’animateur-journaliste Eric Mazet avait encouragé les auditeurs à appeler la station sur ce thème.

Michel Cardoze, ancien journaliste de TF1, de L’Humanité et de France Inter, qui participait à l’émission, avait dénoncé immédiatement « les stéréotypes de l’antisémitisme » et estimé qu’il fallait « se poser en garde-fou contre de telles dérives délirantes ».

La Confédération des juifs de France et amis d’Israël qui avait saisi le CSA s’est félicité de la décision, appréciant « la rapidité de la réaction, nécessaire en la circonstance, et conforme à ses souhaits ». Quant au Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémisme, il a salué « la mesure prise par les Sages du CSA » et « la sanction prise par Sud Radio à l’encontre de Eric Mazet ».

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :