News

SNJ – Mais qui veut la peau d(u soldat) l’AFP ?

snjLa liberté de critiquer le travail des journalistes fait partie intégrante du pluralisme de l’Information. A ce titre, le directeur de Libération, comme tout citoyen, peut s’y livrer.
Là où l’on peut légitimement s’interroger, c’est sur le ton et l’opportunité de cette tribune titrée : « L’Agence France-frousse ».




Le discrédit jeté ainsi sur le travail des journalistes de l’AFP semble rejoindre les objectifs beaucoup moins nobles, de celles et ceux qui veulent changer le statut original de cette agence. Ce statut qui organise l’indépendance de l’AFP, seul gage de crédibilité et de qualité, est remis en cause actuellement dans son esprit. Or, cette indépendance des pouvoirs politiques et économiques est menacée par ceux-là mêmes qui devraient en être les garants.

Tout d’abord l’état qui tout en dotant l’AFP d’une indépendance structurelle, n’a pas toujours assumé les besoins d’investissements de l’agence dans une branche particulièrement friande en hautes technologies. Ainsi, la seule agence française de dimension mondiale, qui parvient grâce aux compétences et au dévouement de ses journalistes à tenir son rang, est obligée de travailler à coup de bouts de ficelle et de sous effectifs. Cela peut parfois avoir des conséquences rédactionnelles.

Puis l’hypocrisie de certains administrateurs de l’agence. Nous rappellerons seulement la décision récente du PDG de La Provence de se désabonner de l’AFP alors même qu’il siège à son Conseil d’administration !

D’autres représentants de la Presse Quotidienne Régionale y votent l’augmentation des tarifs d’abonnement pour, de retour dans leur entreprise, crier que c’est « vraiment trop cher » et vouloir créer leurs propres réseaux d’Information. Le directeur de Libération est un membre important du syndicat de la Presse Quotidienne Nationale. Son « rebonds », inutilement agressif et en plein mois d’août, ne laisse pas de s’interroger sur la volonté de faire un « coup de com » en ouvrant une nouvelle polémique sur l’AFP afin de justifier dès septembre les pires manoeuvres visant à la dénaturer complètement. Si un tel outil de collecte et de diffusion d’information fiable et non commerciale devient une société par actions, d’abord d’Etat puis privées, c’est le droit des citoyens européens et du monde à une information alternative aux grandes agences anglo-saxonnes et un outil de rayonnement de la francophonie qui risque de disparaître.

Signez la pétition www.sos-afp.org

PDF - 87.7 ko
Télécharger ce communiqué

le 11 août 2009

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :