News

SNJ France Bleu : stop au pillage

La nouvelle direction de France Bleu a élaboré d’invraisemblables projets concernant nos rédactions et a commencé à les mettre en œuvre dès cet été. D’abord, c’est France Bleu Nord qui apprend, sans aucune concertation ni préavis, qu’elle est censée perdre un poste pour l’offrir à Reims, sa voisine.

Ensuite, la direction nous informe que ce vol de postes va être étendu à tout le réseau.

Le maître mot est : ouvrons de nouvelles implantations et renforçons les Locales mal dotées en ruinant les autres. Appauvrissons tout le monde au nom de la misère.
C’est ce qu’Anne Brucy appelle l’« équité entre Locales ».

La direction répète à l’envi que « Ce n’est pas de [sa] faute, c’est la faute du COM » qui l’oblige à redéployer les effectifs des Locales. La direction aurait dû lire plus attentivement le précédent Contrat d’Objectifs et de Moyens qui ne disait pas autre chose que l’actuel : « stabilité des effectifs ». La seule nouveauté, c’est la volonté de Radio France de désorganiser le réseau et d’ouvrir de nouvelles stations en pillant les effectifs des anciennes.

La direction devrait également commencer par respecter sa parole et les textes qu’elle signe : l’Accord 35 heures prévoyait l’augmentation des effectifs des Locales pour permettre la réduction du temps de travail. Supprimer un poste sans diminuer la charge de travail générale équivaut, pour des journalistes, à allonger encore plus nos interminables journée. C’est inacceptable.

Et comme si tout cela ne suffisait pas, Anne Brucy nous a également annoncé vouloir imposer le multimédia aux Locales sans aucune augmentation de poste. Les yeux dans les yeux, la directrice du réseau Bleu nous a soutenu qu’il suffisait aux rédactions de mieux s’organiser pour rendre cela possible !

Pour faire bonne mesure, Christian Mettot -le nouveau directeur des ressources humaines qui a remplacé il y a quelques jours Patrice Papet-, refuse que des problèmes d’une telle gravité et qui concernent tout le réseau, soient négociés à Paris. Les réunions sont tellement plus discrètement menées si on arrive à les délocaliser… Sauf quand c’est la Corse qui est concernée. Bien sûr *.

Face à des menaces d’une telle gravité, si la direction persiste -et la mise en œuvre du pillage de Lille va le prouver- le SNJ prendra ses responsabilités et proposera aux journalistes de France Bleu une action de grande envergure.

http://www.snj-rf.com/France-Bleu-stop-au-pillage_a835.html

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :