News

Sinistre: Radio Aube et Seineet Mon Logis tentent de s’entendre – Romilly-sur-Seine – www.lest-eclair.fr

radio aubeLa radio associative romillonne Radio Aube et Seine va-t-elle enfin voir le bout du tunnel ? On peut se le demander car les bénévoles sont toujours dans l’expectative malgré la réhabilitation terminée du local qui leur servait de studio avant l’incendie de fin avril 2013. Aujourd’hui, après le sinistre, après la multiplication des expertises, après les travaux réalisés par leur bailleur Mon Logis, un nouveau problème les empêche aujourd’hui de reprendre le cours normal de leurs activités. «  On a signé une convention d’occupation en 2011 avec Radio Aube et Seine. Dans cette convention, on demande que l’occupant prenne une assurance  », indique-t-on chez Mon Logis : «  Le locataire est présumé responsable. C’est la loi. C’est à lui de démontrer qu’il ne l’est pas.  » Du coup, même si l’origine n’a pas été déterminée précisément : «  Notre assureur a demandé à leur assureur d’indemniser les 49 000 € de travaux. Mais leur assureur a refusé car la radio est assurée pour ses biens, la responsabilité civile mais pas pour les risques locatifs ce qui est, pourtant, une obligation légale. Notre assureur se tourne donc vers l’association.  »

Montant des travaux : 49 000 €

Une rencontre entre le responsable assurances de Mon Logis et ceux de l’association a alors eu lieu début juillet pour tenter de trouver un terrain d’entente. Le bailleur n’est en effet pas contre le retour de l’association dans le local à condition qu’elle paie les travaux et qu’elle souscrive à cette fameuse assurance pour les «  risques locatifs  ». Mon Logis n’attend évidemment pas que Radio Aube et Seine paie le montant des travaux en une seule fois mais acceptera le retour des animateurs si un «  plan de paiement  » est mis en place. Quant aux loyers que l’association a continué de payer depuis le sinistre ? «  Ils étaient en prélèvement automatique. On leur fera un avoir sur les futurs loyers s’ils réintègrent le local  », assure-t-on chez le bailleur.

Du côté de Radio Aube et Seine, c’est la consternation, surtout devant des rapports d’expertise aux conclusions si différentes quant à l’origine de l’incendie. «  Pour un expert, c’est la table de mixage ; pour un autre, c’est un radiateur ; pour un troisième, c’est impossible de déterminer la cause  », fustige Robert Marvoyer, président de l’association, qui précise avoir communiqué le contrat d’assurance et l’attestation de paiement à Mon Logis lors de l’entrée dans les lieux. À ce moment, le bailleur ne les aurait pas alertés sur cette assurance manquante : «  Personne ne m’a jamais rien dit, sinon j’aurai couru à l’assurance  », ajoute le président qui pensait sincèrement être en règle. On rappelle que celui-ci a repris les rênes de la radio, alors aux abois, criblée de dettes et risquant de perdre sa fréquence, en 2007. Avant l’incendie de l’année dernière, la radio sortait enfin la tête de l’eau : «  J’ai toujours été persuadé que c’était assuré.  »

Et Robert Marvoyer de rappeler combien de fois il avait, par le passé, tiré la sonnette d’alarme à propos de la vétusté du local que ce soit quand la Ville de Romilly en était propriétaire ou quand Mon Logis l’a repris : «  J’ai redit : Un jour, il y aura un pépin. Ce pépin est arrivé.  »

Malgré tout, le président veut «  trouver un compromis  » : «  Il y a des torts des deux côtés. Je suis d’accord pour une partie des torts  », souligne le président prêt à payer une partie mais pas l’ensemble, surtout que «  trois pièces ont brûlé et ils ont tout refait  ». «  Je suis d’accord pour trouver un arrangement mais qu’on ne nous mette pas tout sur le dos  », lance-t-il, toujours aussi combatif et pas du genre «  à baisser les bras  ». À suivre…

viaSinistre: Radio Aube et Seineet Mon Logis tentent de s’entendre – Romilly-sur-Seine – www.lest-eclair.fr.

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :