News

Selon Philippe Manoeuvre, « Il faut revenir au fondement du rock »

rtlSi quelqu’un pouvait bien nous éduquer sur l’histoire du rock et de la pop, c’est Philippe Manœuvre. Rendez-vous donc tous les samedis sur RTL, où il présentera durant deux heures un artiste ou un album phare et parlera rock avec les auditeurs.


manoeuvreComment est née l’idée de cette émission de radio ? Je trouve qu’il en manque beaucoup en France, un radio classique rock qui passerait que du rock tout le temps. Et c’était donc une envie. Je discutais de ça avec des gens de RTL comme ça – moi, je ne pensais pas du tout à faire une émission. On parlait de la radio rock en France, ce qu’il y avait, ce qu’il n’y avait pas, le fait qu’il n’y en avait pas d’ailleurs. Et puis ils m’ont recontacté en disant qu’ils avaient ressenti une envie de ma part et ils m’ont proposé… Je suis arrivé dans leur bureau et ils avaient préparé un truc Radio Manœuvre : « On vous donne deux heures le samedi, vous passez du rock classique. » Que dire ? J’étais stupéfait, j’étais ému. Vraiment ému qu’on me donne cette confiance ; Annuaire Radios

Je trouvais ça très sympa, je trouvais ça bienvenu surtout pour les fans de rock qui sont très nombreux en France, qui me demandent toujours pourquoi cette musique n’a pas le droit sur les ondes, sur les antennes, dans les télés. Et voilà, on est la première radio de France à faire du rock. Je suis obligée de le prendre très bien ! 

Vous allez aussi expliquer la genèse de chaque chanson ? 

Voilà ! Bien sûr ! C’est vraiment une émission musicale. On va parler, puis il y a des anecdotes. Il y en a beaucoup ! C’est très intéressant si vous avez des choses à dire sur chacun de ces disques, parce que ça ne se passait pas toujours tr ès bien un enregistrement en studio. Tout le monde a des buts un peu différents : la maison de disque, les groupes… C’est des histoires comme ça de rencontre, de bataille créatives, de débats créatifs. Donc c’est intéressant.Donc c’est une sorte de « Rock Academy » ?

(Rires.) Oui ! Les gens qui font La Nouvelle Star aux Etats-Unis ont essayé le format avec des groupes de rock et ça ne marche pas, ça ne fonctionne pas, ce n’est pas possible, ils n’y arrivent pas.Pourquoi ?

Vous savez, le rock, il est là et si les gens veulent en faire, il est à faire. Le rock aujourd’hui, ça intéresse quand même les jeunes. Ne serait-ce qu’en France, un très grand nombre de jeunes et de groupes de rock veulent faire ça. Il y a eu une explosion à Paris en 2005, et depuis, on voit de nouveaux personnages, de nouveaux talents. Il y a plein de groupes qui sorties : les BB Brunes, qui ont vendu 300 000 albums ; les Plasticiens, qui tournent aux Etats-Unis en ce moment ; il y les Second Sex. Tout ça, c’est des groupes qui ont été signés récemment et la preuve qu’il y a beaucoup d’enfants de 18-20 qui veulent continuer, qui ne voient pas ce qu’ils pourraient jouer d’autres que du rock.

Vous avez dit qu’il n’y a rien de mieux qui a été fait depuis les années 60. Justement, que pensez-vous des groupes d’aujourd’hui ?

Chacun de ces groupes a ses qualités et ses défauts. Oasis est un très vieux groupe et c’est la dernière fois que les Anglais ont envoyé quelque chose de remarquable planétairement. Après, il y a eu les Arctic Monkeys, et depuis c’est fini : il n’y a plus rien. Plus rien. Plus un groupe n’arrive d’Angleterre. C’est quand même incroyable ! Donc c’est eux et les Américains aussi qui n’envoient plus de groupe en ce moment. Donc c’est clair, c’est une carence. Les derniers nouveaux groupes américains, c’est les White Stripes et les Strokes, et ça n’existe plus. Ils ne tournent plus. C’est des groupes qui sont presque en arrêt. Donc ça laisse beaucoup de place en France. Moi, je m’occupe des Prostitues, de Lavallois, qui est un groupe de punk. C’est difficile de trouver des concerts pour tous ces jeunes gens, mais ils sont plein de bonne volonté et ils ont une créativité exactement comparable à celle des groupes des années 70 que j’ai bien connus. Ils ont la volonté de réussir avec leur musique.

Quel sera le premier groupe que vous allez présenter lors de la première émission ?

Les Beatles, bien sûr ! Il faut revenir au fondement ! Ce que je n’arrête pas de me demander c’est est-ce que dans les années 60, tout le monde était plus fort ou est-ce que c’est le fait que les Beatles qui étaient tellement forts qui fait que tout le monde essayait de les ressembler, de les émuler voire même de les dépasser, et c’était quelque chose de formidable.

Pensez-vous que quelqu’un a réussi de les dépasser ?

Les Beatles eux-mêmes ont reconnu qu’il y avait un certain nombre de groupes qui avaient fait des chansons qui, eux, auraient aimé signer. On pense aux Moody Blues, qui faisant « Nights in White Satin » ou à Procol Harum avec « A Whiter Shade of Pale ». Paul McCartney a plusieurs dit : « On aurait bien aimé celles-là. » (Rires.)

C’est un grand compliment !

Eh oui, mais c’étaient de très belles chansons.

Et les Rolling Stones dans votre émission ? Je sais que vous êtes super fan.

Oui, il y aura les Stones, bien sûr. Ça va être amusant comme tout. On va vraiment parler avec les auditeurs, on va me téléphoner, on va comparer nos expériences, on va avoir envie de parler de vieux groupes : « Tu te souviens ? T’étais là, j’étais là.. » Pourquoi on ne voit pas de rock à la télévision, des émissions culturelles ? La télévision française, à chaque fois qu’on l’allume, on voit quelqu’un qui brandit un bouquin ! Bon formidable, c’est bien, je peux lire, etc. Mais des fois, ce serait bien qu’on brandissent un disque ! Qu’on envoie les gens chez les disquaires. (la musique), c’est un métier sinistré, une profession morose avec des chiffres qui n’arrête pas de baisser, sauf les vinyles qui se la tiennent. Ça mériterait bien une émission de télé où on verrait et les nouveaux et les anciens, l’actualité, les souvenirs, les anniversaires… Ça n,e serait pas dur à faire, ça c’est clair. Il y a un vrai désir pour une documentation sur le rock. Il s’est passé des aventures. Il y a des choses incroyables qui ont eu lieu. Puis, il y a des aventures humaines, des aventures vraiment philosophiques. Cet été, on va fêter les 40 ans de Woodstock. Je pense que ça va être fabuleux parce que c’est notre plus grande fête, notre plus grand souvenir de rock. Le grand festival, 600 000 personnes, pas de morts, pas d’accidents, pas de violence, tout le monde réunit par la musique. Quoi de mieux ? La Hellfest, ça me passionne et c’est celui où je vais aller personnellement. Je vais voir Mötley Crüe !

Vous allez continuer votre émission « Rock in the City » ?

C’est en discussion avec Arte. On leur a dit sur tous les tons qu’on adorerait continuer parce qu’il y a plein de sujets, plein de villes fabuleuses à traiter, notamment le Detroit, et ça me semble important de le faire. Ils nous disent « pourquoi pas. Ça se présente bien. On touche du bois – ce n’est pas signé, ais c’est vraiment une série qui devrait continuer.

Que pensez-vous de la victoire de Soan à la « Nouvelle Star » ?

C’était justifié quand même. Quel chanteur ! Soan, c’est un rebelle  malheureusement, très vite il a aperçu que c’était lui le leader. C’est terrible qu’un rebelle doit endosser le rôle de leader. Il a eu bien du mal à s’habituer à cette position, mais franchement, sur la dernière émission, il a très bien joué, très bien chanté, et il a proposé un univers qui faisaient plaisir à beaucoup de gens. Un univers réaliste. C’est un chanteur réaliste, Soan, et même hyper réaliste.

Vous pensez donc qu’il a un avenir prometteur ?

Ça va être assez intéressant. Ah oui, celui-là, j’ai vraiment hâte d’écouter le disque.

Vous revenez pour la prochaine « Nouvelle Sar » ?

Je n’en sais rien. On s’est tous retrouvés au Baron après. Mais Lio est partie pour un tournage, Manoukian est entré chez lui. On s’est dit : « Il faut qu’on se voit, il faut qu’on se décide. » C’est vraiment une équipe. Il faut qu’on se voit tous les quatre.
logo-lemediaAvec http://www.le-media.fr, mettez vos communiqués de presse en ligne gratuitement et présentez aux internautes l’actualité de votre radio, télévision, association, fédération, syndicat, web tv, web radio, journal…
Vous multiplierez ainsi les contacts et développerez vos relations commerciales, sociales et personnelles.

Inscrivez-vous gratuitement et devenez membre Inscription.


manoeuvre-rtl

Les jeunes ont-ils tendance à écouter la musique plus ancienne ?

Oui, les gamins n’écoutent que ça, c’est ça qui est dément. Oui, c’est des trucs des années 60, mais on n’a rien fait de mieux. Aujourd’hui, avec Internet et le MP3, je pense que les enfants écoutent tout. Ils cherchent, ils fouinent, ils se repassent des idées et des adresses. Ils font le tour de cette culture et clairement, des chansons d’une certaine époque – 65-75 – restent très, très vivaces, très, très fortes. Après, on se pose plein de questions : pourquoi ? Comment ça se fait ? Mais enfin, l’époque a donné des disques qui sont incontournables et qui sont là.

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :