News

RVM, la radio associative mortuacienne a cessé d’émettre le 3 août pour des raisons financières.

RADIO rvm morteau 104.6La présidente Noëlle Marguet a démissionné. Les difficultés financières ajoutées à des problèmes internes, la radio associative mortuacienne a dû cesser d’émettre pendant quelques semaines.
Le 3 août, Radio Val de Morteau a cessé d’émettre. R.V.M., qui occupait la fréquence 104.6, a disparu des ondes. La raison des cet arrêt brutal est financière.


Ce média local dont les studios sont situés rue du Clos Jeunet, ne payait visiblement plus ses loyers à T.D.F. qui gère le relais du Meix Musy. « Nous étions un prestataire pour R.V.M. qui a eu des problèmes budgétaires. Elle ne pouvait plus honorer ses factures. Le loyer avoisinait les 1300 euros par mois » précise un représentant de T.D.F. Le diffuseur « a donc coupé » observe Pierre Gadawski, animateur de la station qui en fut également un des fondateurs. Ce retraité avait délaissé le micro pendant une vingtaine d’années pour des raisons professionnelles avant de revenir à l’antenne il y a quelques mois. Il n’a pu que déplorer l’impasse dans laquelle se trouvait la radio associative dont la présidente Noëlle Marguet a démissionné avant le 3 août.

C’est en tout cas ce qu’elle prétend. Contactée par nos soins, elle a refusé d’expliquer quelle était la situation financière réelle de R.V.M. et le cas échéant, les raisons de ces difficultés. « Je n’étais plus présidente lorsque l’antenne a été coupée » dit-elle. Noëlle Marguet botte en touche, alors qu’il est probable qu’elle connaisse le dossier dans le détail puisqu’elle occupait la fonction de présidente depuis 2006. Il semble que « l’affaire » R.V.M. » soit plus épineuse qu’il n’y paraît. Selon Pierre Gadawski, le déficit de plusieurs milliers d’euros enregistré par l’association aurait pu être évité. Comme toutes les radios associatives, R.V.M. était en droit de percevoir une subvention annuelle de 40 000 euros, à condition que ses recettes publicitaires n’excèdent pas 20% de son chiffre d’affaires. Cette limite aurait été légèrement dépassée, privant la radio d’importantes recettes. « Mais le fonds de soutien était prêt à jouer le jeu et à verser la subvention. Il suffisait pour cela d’apporter des éléments comptables. Cela n’a visiblement pas été fait » note une source proche du dossier.

Pierre Gadawski a proposé des mesures pour « éponger la dette », suggérant à Noëlle Marguet de vendre les studios dont l’association est propriétaire, et de changer d’émetteur pour faire l’économie du loyer de 1300 euros par mois. Il n’a pas été suivi. Dépité, l’animateur s’est retiré avec l’amère impression qu’il y a une volonté de « laisser mourir R.V.M. » Reste à savoir qui, aujourd’hui, est à la tête de cette radio. Un nouveau président aurait été élu. Il s’agirait d’Armindo Gonçalves. Contacté par nos soins, il n’a voulu ni confirmer ni infirmer l’information. En revanche, il annonce que « R.V.M. va émettre à nouveau », preuve qu’il n’est pas étranger à ce dossier. R.V.M. a repris l’antenne le 27 août en émettant semble-t-il depuis un nouveau relais.

Pourquoi tant de mystère autour de cette radio locale ?

Les rumeurs vont bon train dans le Val de Morteau et notamment sur le statut d’Armindo Gonçalves qui travaille pour une radio commerciale très implantée sur le Haut-Doubs. Certains supposent qu’il y a en projet d’unir le destin de R.V.M. à cette radio commerciale. Si tel devait être le cas, un rapprochement ne se fait pas d’un claquement de doigt. Nous n’en sommes encore pas là, affaire à suivre.

Pierre Gadawski : 06 88 98 22 43


Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :