News

Ruquier, dernier atout de France 2 pour sauver son avant-soirée

laurent ruquierLa bataille sur la case stratégique de l’avant-soirée repart de plus belle. «L’Émission pour tous» de Laurent Ruquier n’arrive que lundi sur France 2 mais déjà les balles fusent. Il y a quelques jours, l’animateur du service public s’en est pris à Cyril Hanouna, dont le succès du talk-show «Touche pas à mon poste» est grandissant sur D8. «Si vous lisez la presse depuis six mois, vous avez l’impression que la France regarde tous les soirs Cyril Hanouna, alors qu’il ne fait que 5 ou 6 % de part d’audience», a-t-il taclé.

Il n’y a pas si longtemps, ce score était pourtant au-dessus de celui de France 2… Lancée mi-septembre, la précédente émission animée par Sophia Aram,«Jusqu’ici tout va bien», peine à atteindre les 3 à 4 % d’audience. Autrement dit, à peine mieux qu’une petite chaîne de la TNT. Le programme n’a jamais trouvé son public mais il faudra tout de même attendre le 20 décembre pour que France Télévisions décide de le retirer de l’antenne et d’appeler à la rescousse un poids lourd du talk-show, Laurent Ruquier.

En somme, le groupe audiovisuel public aura perdu cinq mois et 700.000 euros de recettes publicitaires, d’après les chiffres fournis par la régie de France Télévisions. Car en réalité, le choix de Ruquier était dans les tuyaux depuis longtemps. Le projet s’appelait à l’époque «On n’a pas dîné». Tout était prêt. Les garanties avaient été prises, y compris au niveau du CSA. Mais finalement, la direction de France Télévisions avance la programmation à 17 h 30 et choisit un autre format animé par Sophia Aram. Malgré les audiences catastrophiques, la décision est prise de ne pas arrêter le programme, preuve d’un grave dysfonctionnement à la direction du groupe audiovisuel public. Du côté de France Télévisions, on justifie cette décision en faisant valoir que, contrairement aux chaînes privées, on laisse toujours le temps à un programme de s’installer. «D’ailleurs, les études qualitatives et quantitatives montraient une marge de progression», indique un membre de la direction. Rompre un contrat et arrêter plus tôt un programme peut aussi coûter plus cher que de le laisser à l’antenne, malgré les mauvais scores. Mais, surtout, Bruno Patino ne veut pas prêter le flanc aux très nombreux détracteurs de Sophia Aram.

Depuis, Thierry Thuillier, le directeur de l’information de France Télévisions, a aussi repris la main sur la programmation de France 2. «Sa première décision est de remettre à l’antenne le programme avec Ruquier que Vilamitjana avait ­poussé à l’époque», remarque Jean ­Réveillon, l’ancien patron de France 2. L’objectif est clairement de faire remonter l’audience en faisant le plein de téléspectateurs afin que le JT et les recettes publicitaires décollent.

10 % d’audience

Rémy Pflimlin, le président du groupe audiovisuel public, est confiant. Récemment, il déclarait espérer atteindre la barre des 10 % d’audience. La régie publicitaire de France Télévisions affiche le même optimisme. «Le prix des écrans autour du programme a été revalorisé, confirme Daniel Saada, le directeur de France Télévisions Publicités. L’un de 10% à 7800 euros les 30 secondes, l’autre de 15% à 12.200 euros les trente secondes. On reste assez prudent pour l’instant car le marché est assez conservateur mais on espère pouvoir augmenter ces tarifs dans un délai assez rapide.» Il faut dire que la case est stratégique dans la mesure où France Télévisions, privé de spots après 20 heures, engrange durant l’avant-soirée 34 % de ses recettes publicitaires.

Reste à savoir maintenant si le choix de Ruquier sera finalement le bon pour redresser l’access de France Télévisions. D’après un sondage réalisé par le site Internet de TV Mag, 75,5 % de votants ne voient pas forcément d’un bon œil l’arrivée de l’animateur sur la chaîne. Et plus de 54 % déclarent même qu’ils ne regarderont pas le programme… Rendez-vous lundi pour le vérifier.

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :