News

Rouen: radio HDR doit licencier | Paris Normandie

Pour la radio HDR, économiquement, ce n’est pas la grande forme. Après deux années de gros déficit et la mise en redressement judiciaire en 2008, la station des Hauts de Rouen a bénéficié d’un étalement de sa dette sur huit ans. Il lui reste encore six années de remboursement. « Ça représente 28 000 € par an ». Gilles Thomas, président de HDR, ne tourne pas autour du pot : « On doit réduire la voilure. Des contrats à durée déterminée ne seront pas renouvelés et nous passons de dix équivalents temps plein à cinq. » En cause, notamment, des fonds européens qui tardent à être versés et qui plombent le budget de la radio associative.

Une ambition éditoriale freinée faute de moyens

Dommages collatéraux, deux visages emblématiques quittent les studios de Châtelet. Moïse Gomis, présent depuis les débuts de la radio, est ainsi remercié, à l’instar d’Emmanuel Gouache, responsable des programmes, de l’antenne et des partenariats. Si le premier ne souhaite pas communiquer autour de ce départ contraint, Emmanuel Gouache évoque, lui, une « décision un peu violente pour nous mais la plus raisonnable pour garder la fréquence ». Il reste bénévole pour l’association. « Mais la radio n’est pas payée pour faire de la radio. Elle fait du lien social, de la formation de bénévoles… Mais pas du contenu. Et le rêve d’une radio avec une ligne éditoriale est revu à la baisse… On a un peu l’impression d’abandonner le bébé alors qu’on était sur le point de le faire grandir. »

Ces deux postes en moins vont permettre de dégager quelques économies appréciables pour HDR. « J’espère que c’est juste une mauvaise passe et que la radio pourra réembaucher dans quelque temps », souhaite Emmanuel Gouache. Ce qui serait le signe d’une sortie de crise. Espérons que ce soit avant 2019.

viaRouen: radio HDR doit licencier | Paris Normandie.

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :