News

Rapport Tessier : Version intégrale du rapport Tessier sur la Radio Numérique Terrestre

François Fillon avait confié à Marc Tessier, ex-président de France Télévisions, la mission d’évaluer les frais du développement de la radio numérique terrestre.

marc tessierMissionné le 24 juin dernier, Marc Tessier a remis son rapport sur les «perspectives de financement du projet de radio numérique terrestre» au Premier ministre la semaine dernière. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel devait en recevoir le détail aujourd’hui. Selon ce texte, le coût du lancement de la RNT en France serait trop élevé pour être financé par l’Etat «au regard des avantages collectifs escomptés». Le texte pointe notamment sur la nécessité d’assurer une large couverture du territoire national, d’au moins 90%, pour assurer le succès auprès du public. Des coûts de diffusion élevés qui devraient être supportés pendant au moins dix ans avant l’extinction de l’analogique (bande FM) alors que les recettes des stations fondent sous le coup de la crise publicitaire.

La radio numérique permettrait d’améliorer la qualité du son, la couverture géographique et d’enrichir les services de données associées. Crédits photo : Le Figaro
Le rapport Tessier sur le financement de la radio numérique terrestre écarte l’aide de l’État et met les stations devant leurs responsabilités.

Nouveau coup dur pour la radio numérique. Missionné par le premier ministre le 24 juin dernier, Marc Tessier, président de Video Futur et ex-patron de France Télévisions, a remis un rapport sévère sur les «Perspectives de financement du projet de radio numérique terrestre » (RNT). «Il est encore temps de s’interroger sur l’opportunité du projet de radio numérique terrestre, au cas où de nombreux opérateurs ne seraient pas disposés à souscrire aux engagements et financer le surcoût de diffusion sur dix ans», conclut le texte, transmis au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) lundi.

Avant même son lancement prévu pour mi-2010, la radio numérique a donc du plomb dans l’aile. Ce projet devait faire basculer la vieille radio analogique actuelle vers un monde numérique permettant tout à la fois d’améliorer la qualité du son, la couverture géographique et d’enrichir les services de données associées (nom du programme, météo, info trafic…).

Plusieurs «handicaps»

Le problème est qu’avec la crise économique, personne ne veut financer le déploiement de la radio numérique, estimé par le rapport entre 600 millions et un milliard d’euros sur dix ans. Marc Tessier a d’emblée écarté toute aide de l’État. «L’intervention financière de l’État ne serait efficace que si elle dépassait 100 millions d’euros par an, et même dans ce cas, la rentabilité économique du projet serait faible. La balance des avantages collectifs et des coûts ne paraît pas justifier un tel engagement public.» Son rapport souligne plusieurs «handicaps». Tout d’abord, la technologie peut évoluer rapidement alors que la radio numérique ne remplacera pas la bande FM avant 2020. Ensuite, un taux de couverture d’au moins 90 % serait nécessaire pour satisfaire les auditeurs, mais cela entraînera des coûts de diffusion de plus en plus difficiles à assumer par les éditeurs qui continueront de voir leurs recettes publicitaires reculer.

Pour autant, Marc Tessier ne recommande pas l’immobilisme. Au contraire, il préconise de relever les seuils anticoncentration, fixés en 1994, qui empêchent actuellement un groupe de radios de dépasser un bassin d’audience potentielle de 150 millions d’habitants, soit 10 % de l’audience potentielle. Marc Tessier propose de relever ce seuil à 20 %. Une proposition que s’apprête à étudier le ministère de la Communication. Destinataire du rapport, ce dernier indique que c’est aux radios de décider désormais de «ce qu’elles veulent faire dans la radio numérique et dans quelles conditions». La question est posée notamment à Radio France, qui négocie son contrat d’objectifs et de moyens pour 2010 à 2014. Les opérateurs privés se sont réunis lundi soir au sein du Bureau de la radio pour entamer leur propre réflexion. Ils seront reçus le 23 novembre par le CSA.

Rapport Tessier – Version intégrale
remise_du_rapport_de_m__marc_tessier_1_.pdf Remise_du_rapport_de_M._Marc_Tessier[1].pdf (365.13 Ko)

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :