News

Radio Uylenspiegel cherche des animateurs

Après trente et un ans d’existence, la radio Uylenspiegel se refait une jeunesse. Cette année, elle propose deux nouveautés dans sa grille de programmes : Litterat’uur, « l’heure littéraire », et une initiation au néerlandais.Radio-Uylenspiegel-2 Elle cherche aussi à attirer de nouvelles voix pour dynamiser sa grille. Immersion au coeur de la plus vieille radio libre de Flandre.

Sur la façade vieillie, une pancarte annonce discrètement « radio Uylenspiegel ». La porte est entrouverte et la vieille maison craque quand on y pénètre. À l’étage, de la lumière : un vaste bureau, une tapisserie à grosses rayures sur les murs et une dizaine d’animateurs qui préparent la réunion du soir. « Nous allons devoir changer notre émetteur sur le mont Cassel, il faut qu’on trouve une solution ce soir ! », explique-t-on autour de la table. Mais avant cela, la petite dizaine d’animateurs a décidé de lancer un appel. Un appel pour rénover la plus vieille radio libre de Flandre.
« Cette année, nous proposons deux nouvelles émissions : une émission littéraire et une émission d’initiation au néerlandais. Nous avons exhumé de vieilles cassettes d’une très bonne méthode, nous les avons numérisées et elles seront diffusées chaque semaine », explique Cédric Mercier, le directeur des programmes. Du neuf avec du vieux ? Pas uniquement. « Nous ouvrons l’antenne à de nouveaux animateurs.
On cherche des gens qui puissent traiter de la culture régionale. Ça peut être de l’histoire, du patrimoine, de la gastronomie ou du jardinage. On est une radio libre, on ne met pas de contraintes. Si quelqu’un nous propose une émission sur les résultats des matches de foot des équipes du coin, ça nous intéresse aussi. On a une région vivante on veut des animateurs qui nous parlent de ses acteurs ! Si ce sont des locuteurs flamands, c’est encore mieux ! » Difficile de parler de la radio sans faire un peu d’histoire. Tous, autour de la table, n’ont pas vécu l’époque de la radio pirate, mais on s’en souvient pourtant avec fierté. On se rappelle les premières émissions en 1978 à la collégiale de Cassel. Souvenirs de guérilleros de la radio libre. « Au début, l’émetteur tenait dans une boîte à chaussure quand on diffusait, il y avait des camions de la police des ondes qui essayaient de nous coincer.
» On rappelle les gardes à vue des fondateurs.
« Dans radio libre, il y a libre. Ici on garde toujours un esprit un peu libertaire ! » Politique radio Uylenspiegel ? « Non, pas de politique ! On a tous des sensibilités différentes. On a tous une vision de la Flandre, mais pas la même, et on pense tous à des manières différentes de la réaliser. On ne parle pas non plus de politique sur nos ondes. On n’est pas journalistes, on n’a pas assez fouillé pour être capables de tenir des émissions là dessus mais si la politique, c’est parler de la vie dans la cité, alors oui, on le fait ! »
La radio ne roule pas sur l’or…
Le budget de la radio : 36 000 E par an pour diffuser 24 h/24 h. Elle possède ses locaux mais, entre le salaire de la secrétaire, l’émetteur, les frais courants et le matériel, radio Uylenspiegel ne roule pas sur l’or. « Ce qu’on arrive à faire, on le fait grâce à l’investissement des bénévoles ! » Sur les cinquante animateurs, aucun n’est rémunéré.
L’audimat ? Difficile à mesurer, les études coûtent cher ! Mais « il ne se passe pas un jour sans qu’on ait des retours sur nos émissions, et puis il y a les auditeurs qui appellent. C’est comme ça qu’on mesure notre écoute », explique Jean-François Chiloup, le président.
Quant à l’aire de diffusion, elle est un peu comme tout ici, « bizarre, vraiment pas ronde », s’amuse Cédric. Radio Uylenspigel passe dans les interstices. « Dans les grandes villes comme Dunkerque ou Lille, on est grillé par les radios commerciales.
On nous capte autour de Cassel, à Hazebrouck, mais on nous entend aussi à Hénin-Beaumont à Arras ou dans les campagnes, et même à Ypres ou Ostende !

http://www.lavoixdunord.fr/

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :