News

Radio RFI : nouvelle grille avec une « rédaction unique »

Radio France Internationale (RFI) a présenté mercredi sa nouvelle grille 2010-2011 qui repose désormais sur une « rédaction unique, multilingue et multi-supports », dont la réalité est cependant contestée par certains syndicats.

Lancée le 31 octobre, la nouvelle grille en français fait suite « à un grand changement avec la mise en place d’une rédaction unique pour toutes les langues », a expliqué la directrice déléguée, Geneviève Goëtzinger, au cours d’une conférence de presse.

« Il y a une volonté de décloisonner nos rédactions », a ajouté la dirigeante, assurant que la fin des rédactions autonomes permettait d’avoir « une ligne éditoriale commune et cohérente » au sein d’une grille qui se veut recentrée « sur l’information par rapport aux magazines intemporels ».

Toutefois, selon plusieurs syndicats, réticents depuis le début et qui ne sont pas davantage convaincus par le déménagement à venir en 2011 dans des locaux communs avec la chaîne France 24, cette nouvelle organisation est virtuelle.

« La rédaction unique, c’est une vue de l’esprit », souligne Pascal Paradou, délégué du personnel (Syndicat national des Journalistes). « La seule chose qui fonctionne aujourd’hui, c’est une réunion des services de langue tous les matins ».

« Toute la rédaction freine des quatre fers, insiste-t-il. Elle ne voit pas les finalités car en pratique, la rédaction unique, c’est juste un casse-tête ».

« Il n’y a même pas eu de déménagement en interne, renchérit un autre élu de l’intersyndicale qui a tenu à rester anonyme. Les tâches ne sont pas définies et la hiérarchie n’est pas très claire. Comment des chefs de service peuvent-ils encadrer des journalistes qui travaillent dans une langue qu’ils ne maîtrisent pas ? ».

Selon les syndicats qui ont commandé une étude à un cabinet d’experts indépendants, la station est également devenue le parent pauvre du groupe Audiovisuel extérieur de la France (AEF), au profit de la chaîne de télévision France 24, laquelle serait mieux dotée financièrement.

« C’est absolument faux, a réagi le PDG de la radio, Alain de Pouzilhac. Le plus gros budget, c’est RFI. C’est le socle de l’AEF ».

« Le déficit de 2,2 millions d’euros n’est plus, l’équilibre financier est assuré de matière pérenne », a également dit le président de la station. Fin juin, les syndicats avaient jugé que la situation de la radio était « très grave » sur le plan financier mais également sur le plan des réformes proposées.

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :