News

Radio Pulse : la station à la rue en septembre au plus tard

Aujourd’hui installée dans le sous-sol du foyer des jeunes travailleurs à Alençon dans l’Orne, l’équipe doit partir le 1er septembre au plus tard.
La radio associative ne dispose pour l’heure d’aucune solution de rechange. Une réorganisation de la sécurité au Foyer des jeunes travailleurs l’oblige à quitter le bâtiment le 1er septembre au plus tard.
Au Foyer des jeunes travailleurs, il y a un résident un peu particulier. Des boutons partout, il s’est marié avec une antenne et n’arrête pas de jouer de la musique. Ce résident, c’est radio Pulse.

En 2005, la station associative s’est installée dans les sous-sols du foyer, rue des Châtelets. Elle est aujourd’hui priée de remballer son matériel et de quitter les lieux avant le 1er septembre prochain. La raison ? « Il n’y aura plus de gardien la nuit et le week-end, explique Tony Toullier, responsable de l’antenne. Le directeur du foyer craint que la sécurité du local ne puisse plus être assurée. » Il a reçu, la semaine dernière, un recommandé expliquant cette décision. Qui avait été évoquée dès fin 2009.

La raison avancée, son équipe a du mal à la comprendre : « Il y a presque toujours du monde ici, c’est même plutôt un gage de sécurité pour le foyer. »

C’est une mauvaise nouvelle pour la radio tournée vers les musiques actuelles. « Ici, on est bien, dans la discrétion, apprécient les trois salariés. Grâce à un gros coup de main de nos bénévoles, qui ont pu récupérer du matériel, nous avons fait pas mal de travaux pour aménager cette cave, sans que ça nous coûte trop cher : nous avons construit des murs, refait les peintures il y a un an, refait l’électricité en octobre 2009. Sur le plan des normes, pour notre assureur, il n’y a pas de soucis. »

Obligé de rendre l’antenne ?

Historiquement, Pulse s’est implanté ici car l’un de ses membres était animateur au FJT. Aujourd’hui, la relation est plus distante. « Il y a bien eu 2 ou 3 soucis il y a longtemps, avec des résidents », reconnaît Tony. Désormais, chacun vit sa vie de son côté, même si les rapports sont « très bons » avec la direction, souligne le responsable de l’antenne.

L’équipe serait prête à payer le double de son modeste loyer, 100 €, pour continuer à occuper les 70 m2 souterrains. Car elle n’a pour l’heure aucune solution de rechange. « Si demain nous sommes obligés de partir, je ne sais pas si l’avenir de la radio sera assuré », s’inquiète Tony. Mais le jeune homme ne veut pas perdre espoir : « Nous allons chercher une issue. Nous avons écrit à la mairie d’Alençon, voilà quinze jours. »

Les animateurs sont également prêts à étudier toute proposition de particulier : « Nous recherchons un local d’environ 75 m2, dans un grenier, une cave, un entrepôt… Même avec des travaux à faire. Pour 200 à 300 € par mois. »
Radio, radio Pulse, Alençon, Tony, mairie, foyer jeune travailleur, locaux

Pub

1 Comment on Radio Pulse : la station à la rue en septembre au plus tard

  1. Concrètement, ça va leur permettre de s’ouvrir franchement, et la présentation du staff sur le site de pulse n’est pas sérieuse, voire ridicule : on nous présente des indiens, baltraings : c’est quand-même nos tunes! En même temps, quand on est jeune, des fois, il faut que la sentence s’applique pour qu’on comprenne. Pulse redevient SDF, bon courage!

2 Trackbacks & Pingbacks

  1. Responsable Sécurité du 16/03/2010 | Archives de Sécurité Tube
  2. Directeur de la Sécurité du 16/03/2010 | Archives de Sécurité Tube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :