News

Radio France : la fin de l’indépendance ?

Le journaliste a un nouveau travail : statisticien. Quel candidat ou soutien a parlé, à quelle heure, sous quelle forme, et qui en a parlé? Journalistes, producteurs, animateurs, éditorialistes, chercheurs… tous au rapport ! A celui qui aura le plus ou le moins parlé d’un candidat. Ce sont les nouvelles exigences du CSA. Cataloguer, surveiller… et punir ?

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel a décidé de changer les règles qu’il impose aux radios et télés pour la couverture de l’actualité politique.

Les chaînes de radio et télévision devaient, jusqu’à présent, comptabiliser le temps de parole de chaque candidat, le CSA oblige désormais ces médias à tenir compte de chaque « évocation » de prétendant à l’Elysée, y compris dans des éditoriaux, des débats de spécialistes, ou, plus fréquemment, dans la voix des journalistes, papier ou reportage (sauf lorsque ces propos sont jugés défavorables au candidat).

Au-delà de l’aspect logistique – intenable – que demande ce décompte de l’antenne minute par minute, pour ne pas dire seconde par seconde, cette mesure influe sur le contenu de nos antennes de manière inquiétante.

Il est évident que les journalistes du service public sont attentifs au droit de chaque candidat à bénéficier d’une exposition équitable. De fait, la SDJ de Radio France s’alarme des conséquences que peut avoir ce qui s’apparente à une prise de contrôle du CSA sur la liberté de choix de chaque station. Comment défendre sa ligne éditoriale alors que l’on doit rendre des comptes de ce qui se passe à chaque minute dans nos médias respectifs ?

Tout aussi inquiétant, chaque relevé devra être accompagné du nom de l’intervenant qui a mentionné le candidat. Ce qui devait être une mesure d’équilibre tourne au flicage. Comment ne pas redouter une stigmatisation de certains journalistes ?

Est-il vraiment sage de la part du CSA de s’immiscer ainsi dans la ligne éditoriale des antennes ? Ne sommes-nous pas jugés assez responsables pour assurer correctement, via le temps de parole, les expositions de tous les candidats ? Et quid de l’exposition des candidats sur internet, qui n’est, pendant ce temps-là, pas prise en compte ?

Et ce n’est pas tout, le CSA nous a déjà demandé en début d’année de fabriquer des sujets sur la grippe, les élections professionnelles et même le sport féminin ! La SDJ de France Bleu a dénoncé cette pratique intrusive dans les contenus éditoriaux.

La SDJ de Radio France demande au CSA de revoir ses méthodes de calcul, et dit son soutien aux directeurs de rédactions qui refusent de se plier strictement à cette nouvelle règle arbitraire et intrusive.

La SDJ de Radio France

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :