News

Radio Boomerang, 31 ans sur les ondes – Nord Éclair

''

François Mitterrand l'avait promis dans son programme. Lorsqu'en 1981, les radios pirates ont eu le droit d'émettre, il s'en est suivi un joyeux foisonnement sur les ondes. Des émissions pas toutes de qualité, mais qui avaient la fraîcheur d'une liberté toute neuve.

« La première émission de Radio boomerang a eu lieu le 13 juin 1981 », raconte Jean Burie. Barbe blanche et lunettes, il est la mémoire vivante de ces trois décennies à Roubaix. Les associations roubaisiennes étaient très emballées par cette possibilité d'accéder à un média en toute autonomie.

Même s'il n'a pas assisté personnellement à cette première, il sait qu'elle a été possible « parce que chacun a ramené ses compétences et des éléments, une batterie, un émetteur, pour bidouiller quelque chose ».

Une cinquantaine

d'animateurs bénévoles

Quelques mois plus tard, l'association se créait officiellement. Elle s'appelle l'Arabel (association roubaisienne de l'audiovisuel et de l'expression libre) et depuis 30 ans, elle a déménagé plusieurs fois. D'abord hébergée au foyer de jeunes travailleurs de la Fosse-aux-chênes, elle a ensuite migré vers le FJT de la Grand'rue.

Puis Radio Boomerang a posé ses micros au foyer l'Oasis, avant d'être hébergé à l'Ara (Autour des rythmes actuels). Depuis 1998, il faut monter en haut de la FAL, 20 rue de Lille.

Des locaux pas bien grands mais où il se passe beaucoup de choses. D'abord parce que les émissions sont en majeure partie animées par des bénévoles : une cinquantaine d'animateurs tiennent l'antenne.

L'équipe de permanents est composée d'une journaliste, Marjolaine Labelle, de Yohann Vanneste en contrat aidé, et bientôt un jeune en service civique.

Le côté artisanal des débuts a laissé place à une radio mieux organisée et structurée. Mais qui tient à garder son âme. « On a toujours refusé la publicité, c'est un choix politique. La loi nous permet d'intégrer 20% de ressources publicitaires mais on considère que c'est dangereux », souligne Nicole Provo, la trésorière.

Leur principal financement vient du fonds de soutien à l'expression radiophonique, créé en 1986, qui a permis aux radios qui avaient émergé d'avoir les moyens de vivre. La Région finance la radio par le biais de la fédération des radios associatives, qui rassemble 17 radios. « On mutualise certains contenus. On travaille également ensemble sur des émissions, comme pour les élections législatives, en partant de la parole des habitants » , explique Marjolaine.

Boomerang, pour le « retour »

des auditeurs Pourquoi ce nom de radio Boomerang au fait ? « Parce que dès le départ, on a voulu savoir ce qui revenait des auditeurs », résume Marjolaine. C'est ce qu'elle fait dans des interviews où « le temps est laissé aux personnes pour répondre. Ça ne nous dérange pas de faire une émission d'une heure ou deux sur l'école publique ou sur la psychiatrie. Les gens apprécient de voir qu'on peut aussi faire de l'info qui ne soit pas formatée ».

Média de proximité, Radio boomerang parle beaucoup des autres mais peu d'elle. On la voit souvent pourtant puisque l'équipe n'hésite pas à sortir pour proposer des directs. Les partenariats sont nombreux, avec l'EPSM (Établissement public de santé mentale) avec l'émission les Z'entonnoirs, des ateliers avec des écoliers ou des collégiens, l'école de la deuxième chance. Tout récemment une émission avec des déficients visuels de l'Unadev.

Ces trois décennies sont vite passées mais des choses se mettent en place pour mieux faire connaître Boomerang cette année. Nouvelles affiches, nouveau site internet. Le 16 juin, un temps fort est prévu : une journée portes ouvertes pour découvrir le studio.

Combien d'auditeurs écoutent Radio Boomerang ? Impossible de répondre. « Nous ne payons pas de sondage pour la savoir, mais on constate qu'on a de plus en plus de retours sur ce qu'on fait », assure Marjolaine.w Radio boomerang, 89.7 FM. Site : www.radioboomerang.com

viaRadio Boomerang, 31 ans sur les ondes – Nord Éclair, l'actualité quotidienne du Nord-Pas-de-Calais, de la métropole lilloise à l'Artois.

zp8497586rq

Pub

UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :