News

Rachat potentiel de Radio Bruaysis par RDL : la fin d’une époque – L’AvenirdelArtois.fr

Radio Bruaysis 99.2 FM continuera à jouer la carte de la proximité avec des auditeurs qu’elle veut reconquérir en se professionnalisant.

La vingtaine de bénévoles ne sont plus les bienvenus. Si Radio Bruaysis est absorbée par la radio RDL, elle se professionnalisera, avec à la clé de nouveaux programmes, mais toujours une même cible : les seniors

Une page se tourne. La probable reprise de Radio Bruaysis par RDL, radio basée près de Saint-Omer, représente une épreuve pour les uns, qui y voient la fin d’une belle aventure humaine, et un soulagement pour les autres, heureux de pouvoir envisager l’avenir de la station sereinement.

Oui, Radio Bruaysis existerait toujours, mais plus sous sa forme actuelle : elle serait « plus professionnelle, avec uniquement des salariés ». Les 22 bénévoles actuels n’y auront plus leur place (lire les témoignages ci-dessous). Le CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) n’a pas encore tranché, mais il est fort probable que Radio Bruaysis passe officiellement dans le giron de RDL, candidat le plus sérieux à sa reprise. Sinon, Radio Bruaysis était sans doute condamnée : en difficultés financières et avec un taux d’audience en baisse constante (ce qui implique une diminution des recettes publicitaires), la radio implantée dans le quartier Basly de Bruay n’aurait sans doute pas pu survivre à une évolution des médias impitoyable pour les petites structures : « C’est un peu David contre Goliath », résume un fidèle auditeur. Dans la région, peu de radios parviennent à garder la tête hors de l’eau sous leur format associatif. Des structures comme Radio Plus à Douvrin ou Radio Banquise à Isbergues sont en effet devenues rares. Elles seront peut-être encore moins nombreuses avec l’absorption de Radio Bruaysis par RDL. « Trente ans après la libéralisation des ondes, que reste-t-il des radios indépendantes ? », s’interroge Étienne Lallement, président de Radio Bruaysis.

Modernisation indispensable

Radio Bruaysis a été créée en 1985 par Jean Lallement. C’est son fils Étienne qui préside aujourd’hui l’association. Le rayon de diffusion de Radio Bruaysis avait diminué en 2006, quand une tempête a cassé une antenne. « Les réparations auraient coûté 15 à 20 000 euros, mais on n’avait pas la somme, donc on a perdu la moitié de notre puissance de diffusion ». Avec l’arrivée potentielle de RDL, c’est le contraire qui devrait se produire : le champ d’action sera plus large, avec une couverture de tout l’arrondissement du Béthunois.

Radio Bruaysis diffuse des émissions à thèmes, avec de la musique de plusieurs générations (polonaise, années 1980, sixties, jazz, musette, country, etc), mais aussi des informations pratiques (horoscope, santé, consommation, tiercé, animaux, etc) et locales, en donnant la parole régulièrement à des acteurs du Bruaysis, qu’ils soient sportifs, artistes ou engagés en politique. Sans oublier le suivi des matchs de football, dont ceux du Racing club de Lens. Tout ce qui fait sa spécificité, dont la proximité avec les auditeurs du Bruaysis, va-t-il être remis en question ? « Non », affirme Thierry Féery, « le public visé est toujours celui des seniors. » L’homme d’affaires dirige entre autres RDL, à Racquinghem, il a de l’expérience dans le métier : « On est passés de 1 à 5 émetteurs en cinq ans, ce n’est pas rien ! » Côté programmes, ils seraient communs aux deux radios, mais « Radio Bruaysis garderait sa propre identité territoriale, avec des flashs d’informations locales par exemple, permettant de rester le miroir de la région ». Ce qu’apprécie Étienne Lallement, conscient qu’il faut impérativement évoluer : « Le monde de la radio change profondément, des révolutions importantes sont en marche, on ne peut pas suivre seuls. Or on ne peut pas non plus solliciter plus les collectivités dont les moyens sont aussi en baisse ; et un auto-financement n’est pas envisageable. Radio Bruaysis ne pouvait rester en l’état car, aujourd’hui, les idéaux ne peuvent pas résister aux logiques financières de regroupement. On ne peut plus se contenter de vivoter dans son coin. Alors, quand Thierry Féery propose d’amener sa logistique, sa stratégie de développement et son argent, ça ne se refuse pas, on y réfléchit sérieusement ». Les négociations durent depuis plusieurs mois, désormais la balle est dans le camp du CSA. « J’ai confiance en l’avenir.

Il n’y a pas de raison pour que ça ne marche pas : il y a du potentiel. L’objectif c’est de passer de 2 000 auditeurs en 2010 à dix fois plus au moins dans un an et demi, et le bassin est magnifique ! », conclut Thierry Féery.

Christine CERDEIRO

viaRachat potentiel de Radio Bruaysis par RDL : la fin d’une époque – L’AvenirdelArtois.fr.

Pub

1 Comment on Rachat potentiel de Radio Bruaysis par RDL : la fin d’une époque – L’AvenirdelArtois.fr

  1. nat s (laurye sa mere) // 04/06/2011 á 19 h 23 min // Répondre

    bonjour je suis la mere de laurye zanin nous sommes a la recherche d’un jeune qui a disparu a malestroit depuis mercredi soir apres une soirée bien arrosé pourriez lancer un avis de reherche il s’appel tanguy un jeune de 18/19 ans laisser sur le bord du canal a malestroit ce soir la plus personne na de ces nouvelles, les gendarmes pompier nageurs familles amis ont faitr des battus depuis deux jours merci de me repondre, bonne continuation a votre radio ki est sympa a ecouter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :