News

Quotidiens régionaux: une dizaine de titres ne sortiront pas samedi

La publication des quotidiens régionaux et départementaux sera perturbée samedi en raison d’un mot d’ordre de grève nationale lancé par la Fédération des travailleurs des industries du livre, du papier et de la communication CGT (FILPAC-CGT) sur la question des négociations salariales.

D’après les recensements syndicaux et patronaux, une dizaine de titres ne devraient pas être imprimés et donc ne pas être distribués samedi.

C’est la cas du Bien Public, du Courrier de l’Ouest, des Dernières Nouvelles d’Alsace, de l’Est Républicain, du Maine Libre, de Paris Normandie, de Presse Océan, de Sud Ouest et de l’Union de Reims.

La sortie des rotatives de trois titres est incertaine (Ouest France, le Télégramme et le Dauphiné), bien que certains aient averti leurs lecteurs d’une non parution.

La plupart des titres qui ne sortiraient pas leur éditions papier mettront leurs contenus en ligne gratuitement sur leur site web.

En revanche les titres suivants devraient être publiés normalement: L’Alsace, le Berry Républicain, La Charente Libre, le Courrier Picard, La Dépêche du Midi, L’Echo Républicain, Le Journal du Centre, La Marseillaise, Le Midi Libre, La Montagne, Nord Eclair, Nice Matin, La Nouvelle République du Centre Ouest, Le Parisien, Le Populaire du Centre, Le Progrès, La Provence, Le Républicain Lorrain, La République du Centre et la Voix du Nord.

« Le patronat tente de jouer la division entre catégories et entre organisations syndicales », souligne la FILPAC-CGT (imprimerie et expédition) dans un communiqué mis en ligne sur son site web.

La parution de titres de la PQN et de la PQD pourrait être ainsi affectée samedi par le mouvement qui doit être décidé entreprise par entreprise.

La FILPAC-CGT conteste la décision du patronat de la presse régionale de tenir les négociations salariales entreprise par entreprise et non pour toute la branche.

Le patronat souhaite négocier au niveau de la branche les salaires minimum et laisser les entreprises mener leur politique sur les salaires réels à l’instar de la presse nationale ou la presse magazine.

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :