News

Quotas francophones à la radio : Le rapport du CSA ouvre la voie à des évolutions pertinentes

sirtiLe SIRTI a pris connaissance avec un vif intérêt du rapport du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel sur « l’exposition des musiques actuelles par les radios musicales privées ». Ce rapport résulte de la concertation conduite par la Conseillère Francine Mariani-Ducray, engagée dès sa nomination.

Le SIRTI regrette que le CSA n’ait pas suivi une même approche prudente, contradictoire, attentive et documentée, lorsqu’il a décidé de relever de facto le plafond de concentration en radio, par sa décision surprise du 11 décembre dernier. 

Les quotas de chansons francophones à la radio, instaurés il y a 20 ans, sont chaque jour moins adaptés aux enjeux de la création musicale comme à ceux des éditeurs de radio confrontés à la déferlante des services digitaux dérégulés.

Le monde de la musique s’est transformé, la production francophone s’est effondrée en France, les majors de la musique s’en sont largement retirés, les radios sont devenues plus thématiques… Surtout internet entraine une véritable et inéluctable mutation de la relation à la culture, au divertissement, à l’information et à la musique des consommateurs. You Tube, Itunes, Spotify, les majors, les artistes eux-mêmes sont devenus sur internet des acteurs incontournables de la découverte et de l’écoute musicales. Le média radio entre à son tour dans les turbulences digitales avec la désaffection croissante du jeune public né avec l’internet.

Le SIRTI s’associe aux orientations posées par le CSA : offrir des alternatives aux quotas uniformes et arithmétiques. Ainsi, seraient valorisés par convention l’engagement des radios indépendantes, au service de la diversité musicale, de thématiques rares et originales, des artistes français vivants, des artistes régionaux, de la scène, des festivals populaires, etc. Elles doivent permettre aux industries musicales et radiophoniques de négocier ensemble leur indispensable virage numérique.

Pour que ces propositions du CSA deviennent réalité législative, encore faut-il éviter l’affrontement habituel de positions caricaturales, entre l’industrie musicale d’une part et les radios nationales appartenant aux groupes nationaux concentrés d’autre part. A ce titre, le SIRTI se démarque nettement de la campagne lancée par ces réseaux musicaux, qui diffusent des messages alarmistes pour faire avancer leurs attaques contre le principe même de la régulation – dans le domaine des quotas comme plus généralement.

Pub

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Quotas francophones à la radio : Le rapp...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :