News

Nicolas Demorand à Europe 1, France Inter plus faible

C’est un joli coup! », se réjouit tout Europe 1. « C’est abrupt », déplore de son côté Philippe Val, directeur de France Inter. Après l’annonce surprise, mercredi 7 juillet, du recrutement de Nicolas Demorand, sur Europe 1, on fait grise mine du côté de la radio publique.C’est seulement quelques minutes avant le communiqué officiel d’Europe1, que Philippe Val a appris que Nicolas Demorand avait choisi de rejoindre la radio privée. Dès septembre, il y animera un magazine culturel dans la tranche 18h30-20h30.

Nicolas Demorand, à Radio France depuis 1997, avait annoncé en mai son départ de la matinale de France Inter. Il devait animer à la rentrée un magazine culturel entre 17 heures et 19 heures. Son arrivée dans cette tranche horaire avait d’ailleurs entraîné la suppression du magazine « Et pourtant elle tourne » de Jean-Marc Four. Cette décision avait provoqué des protestations au sein de la rédaction de France Inter déjà perturbée par les « licenciements » des humoristes Stéphane Guillon et Didier Porte.

Les discussions entre Nicolas Demorand et Alexandre Bompard, le patron d’Europe 1 s’étaient nouées dès l’annonce officielle de sa volonté d’arrêter de présenter la matinale. Des négociations suspendues à l’avenir d’Alexandre Bompard, un temps le favori de Nicolas Sarkozy pour la présidence de France Télévisions. « Il est revenu vers moi il y a trois semaines environ, pour me faire une proposition. Mais il nous fallait attendre que soit levée l’hypothèque France Télévisions pour conclure », a expliqué Nicolas Demorand au Parisien, jeudi 8 juillet. Après la nomination de Rémy Pflimlin à la tête du groupe public les discussions se sont accélérées, Alexandre Bompard aurait même « bouclé l’affaire en 48 heures », dit-on à Europe 1.

« C’est un coup dur pour France Inter et une bonne opération pour Alexandre Bompard. Après le flottement sur son possible départ pour France Télévisions, il réalise le transfert de la rentrée en faisant venir à Europe la figure emblématique de la radio publique », souligne un journaliste de France Inter. « C’est un signe fort de la reprise en main de la radio par Bompard », fait écho un cadre d’Europe1.

« LE MÊME SALAIRE »

Ce transfert ne serait pas une histoire d’argent. Selon la direction d’Europe 1: « Il gagnera le même salaire qu’à Inter. » Le climat délétère qui règne depuis plusieurs semaines à France Inter a été un facteur déclenchant. Nicolas Demorand avait confié récemment à des proches qu’il lui était insupportable, le matin, de voir sa tête sur la machine à café affublée du mot de traître.

Plusieurs journalistes de la station n’avaient en effet pas apprécié que Nicolas Demorand, Bernard Guetta, Thomas Legrand et Philippe Lefébure se rendent sur le plateau du « Grand Journal » de Canal+ pour désavouer Didier Porte le lendemain de sa chronique insultante pour Nicolas Sarkozy. Il « trahit le camp qui l’a fait roi sans sommation et sans en avoir informé ceux qui lui faisaient aveuglément confiance », a déploré, mercredi, la Société des journalistes (SDJ) de France Inter.

Ce départ est un nouveau coup dur pour Philippe Val de plus en plus contesté au sein de France Inter. « Nous allons prendre un peu de temps pour trouver une solution de rechange », assure Laurence Bloch, directrice adjointe de la station. « Nicolas était une pièce importante du puzzle de la grille de rentrée mais il existe de très nombreux talents au sein de Radio France », assure-t-elle.

Guy Dutheil et Daniel Psenny
http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2010/07/08/l-arrivee-surprise-de-nicolas-demorand-a-europe-1-affaiblit-un-peu-plus-france-inter_1385086_3236.html

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :