News

NextRadioTV affiche de bons résultats

NextRadioTVLe pôle télévision (RMC Découverte, BFM Business et BFMTV) progresse de 17 %.

NextRadioTV, le groupe de médias comprenant les radios RMC et BFM ainsi que les chaînes de télévisions BFMTV, BFM Business et RMC Découverte, est en pleine forme.

Jeudi 31 juillet, il a publié ses résultats, après les avoir décalés de deux jours car «ne sachant pas la décision qu’allait prendre le CSA, il n’était pas opportun de publier des résultats avant une décision aussi importante», explique Alain Weill, le PDG de NextRadioTV.

Sur le semestre écoulé, le chiffre d’affaires du groupe a grimpé de 11 %, à 95,7 millions d’euros. Sur la branche télé, la croissance est particulièrement forte à 17 % pour 49,1 millions d’euros. «Le chiffre d’affaires de la nouvelle chaîne RMC Découverte a doublé en raison de la forte progression des audiences, celui de BFM Business a gagné 19 % et celui de BFMTV a progressé de 5 %», détaille Alain Weill. «Nous avons surperformé le marché car nos audiences sont en hausse et nous allons constamment chercher de nouveaux annonceurs», poursuit-il. Le pôle radio a également fait mieux que le marché car son chiffre d’affaires affiche une croissance de 6 % quand les recettes publicitaires de l’ensemble des radios françaises reculent de 3 %. Le résultat opérationnel du pôle radio a aussi progressé de 2 %, tandis que celui de la télévision a reculé de 9 %. «Ce semestre, nos charges en télévision ont augmenté plus vite que l’activité car nous avons couvert les municipales et la Coupe du monde de football au Brésil.» Si la nouvelle chaîne RMC Découverte perd encore de l’argent (environ 3 millions d’euros sur le semestre), BFMTV en a gagné environ 7 millions d’euros.

BFMTV rentable

Sur l’année 2014, le groupe espère que la chaîne BFMTV attendra un chiffre d’affaires de 75 millions d’euros. La chaîne d’information est donc rentable. «Mais son économie reste fragile et il suffirait que BFMTV perde 0,3 point d’audience pour qu’elle vire dans le rouge. C’est ce que nous avons expliqué au Conseil supérieur de l’audiovisuel, quand celui-ci devait décider ou non du passage de la chaîne d’information concurrente LCI en gratuit», explique Alain Weill.

Le troisième pilier du groupe, l’Internet, sur lequel Alain Weill compte beaucoup, a vu ses revenus baisser de 1 %, à 7,4 millions d’euros, mais sa perte a été réduite à 2,2 millions d’euros l’an dernier à 1,7 million.

Au total, le résultat net du groupe a doublé à 6,8 millions d’euros, car l’an passé à la même époque, le groupe avait passé une perte de 3,7 millions d’euros sur les actifs de presse qu’il avait cédés.

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :