News

Nantes : des radios craignent de disparaître (RNT)

Mauvaises ondes sur la radio numérique terrestre (RNT). Promis en vain depuis deux ans pour remplacer une bande FM saturée, l’équivalent radiophonique de la TNT n’a toujours pas vu le jour.Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) doit d’ailleurs décider ­demain s’il suspend durant dix-huit mois sa mise en œuvre, prévue cette année, comme l’ont réclamé les grandes radios nationales (groupes NRJ, RTL, RMC et Europe 1). Une réticence comparable à celle en leur temps de TF1 ou M6, guère réjouies par l’arrivée des nouvelles chaînes de la TNT.

« Sans la RNT, nous sommes morts »
« Cela reviendrait à l’enterrer définitivement : la radio numérique est déjà lancée en Angleterre, et elle va l’être cette année en Allemagne, en Italie ou en Suisse », s’alarme Pierre Boucard, directeur de la radio nantaise Sun FM (cinq salariés). « Or, si la RNT ne voit pas le jour, les petites radios comme la nôtre sont mortes », prédit celui qui est également président du Groupement des radios associatives de la métropole nantaise (Gram). « Avec le développement des smartphones, la diffusion va en effet passer de plus en plus par les opérateurs télécoms comme Orange, SFR, Bouygues ou Free. Sur leurs bouquets, ils privilégieront leurs propres radios aux stations associatives, pour récupérer l’argent de la publicité. »
Le maintient d’un canal de diffusion alternatif est donc vital pour les petites radios, qui diffusent actuellement par leurs propres émetteurs. Toutes ne veulent pas pour autant ­partir dans le numérique à n’importe quel prix. « Il faudrait des mesures des pouvoirs publics pour inciter les auditeurs à s’équiper très vite de récepteurs numériques », considère Jérôme Burnichon, responsable du développement de la radio commerciale HitWest, qui dispose de seize fréquences dans l’Ouest. « Si les auditeurs ne suivent pas, nous ne pourrons pas diffuser longtemps à la fois en FM et en numérique : la RNT représente un surplus de 70 % de notre budget de diffusion. »

Une démonstration de radio numérique sera faite à la fin mai sur l’île de Nantes, lors du congrès du Syndicat national des radios libres (SNRL), dont Pierre Boucard est l’un des délégués. Deux normes techniques en concurrence seront testées devant une centaine de professionnels. La RNT doit offrir un meilleur confort d’écoute et une zone de couverture élargie. Elle permettrait l’apparition à Nantes de six nouveaux programmes, en plus des trente-quatre déjà existants.

http://www.20minutes.fr/article/396034/Nantes-La-bande-FM-redoute-l-extinction-de-voix.php

Pub

1 Comment on Nantes : des radios craignent de disparaître (RNT)

  1. Valentin Potiron // 06/06/2011 á 9 h 29 min // Répondre

    Bonjour

    Je viens de lire, cette info sur la RNT, je trouve très intéressant. J’aimerai en savoir un peu plus. J’avoue, c’est une découverte pour moi. Où cela en est. En ce moment, nous sommes un petit groupe qui cherchons à partager quelques heures d’antenne avec une radio déjà établi et nous n’avons pas encore trouvé, auriez-vous des pistes dans vos connaissances ?

    J’ai déjà participé à une émission radiophonique en tant qu’invité, et cela m’a plus.
    Je vous remercie à l’avance de me donner plus d’info sur la RNT, en plus des recherches que je ferai personnellement et si vous connaissez une fréquence qui cherche à partager des heures d’antenne.
    Cordialement
    V.Potiron

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :