News

Nadia Mokaddem – Finalement Guéant m'inspire plus que je ne le croyais!

Souvenez Vous je faisais ma maligne  détachée après avoir reçu texte de Chamoiseau à faire suivre et je vous avais envoyé ça, le texte en dessous mais finalement ça m'a donné envie de chanter et de faire du karaoké pardon à Juliette Gréco mais ça me faisait trop envie, un petit H4 un peu d'audacity, c'est la vie de Candy!

Et puis voilà bien une preuve que j'ai encore beaucoup à apprendre de Guéant

Bonne écoute!
et pardon si ça vous fait pas sourire! Moi ça me fait rire…bon je sais un drôle d'humour…J'ai une carrière de chanteuse karaoké qui m'attend, non?
Nadia Mokaddem

J'ai reçu le texte de Chamoiseau d'un des réalisateurs de REAL, pendant qu'on parle de civilisation et de vertus morales, je m'interroge, est-ce là ma priorité que ces sketchs à répétitions? à chaque moment crucial où la crise économique musèle les moins larbins ou les moins épaulés d'entre nous, nous fait sentir gueux parce que nous n'avons pas d'assise économique, pas de petites histoires à raconter sur Marie-Jo à la machine à café, aucune chef de service à maudire, aucun ticket restau à sortir fièrement pour manger comme les autres le menu du jour du restau pourri à côté de la boîte où on est fier de bosser, le paradoxe est le suivant, j'aimerais moi aussi avoir le temps de trouver ça scandaleux ce qu'un guéant ou un hortefeux ou un Valls ou un je ne sais qui s'amuse à dire à l'assemblée nationale. Mais en fait, je m'en fous royalement, ils ont donc réussi à désintéresser toute une classe de gens comme moi de leurs gesticulations et miroirs aux alouettes.
Ce qui m'importe c'est la civilisation du quotidien, la civilisation des moeurs pour paraphraser Elias;  des gens dorment dans la rue, la violence du Lumpen croît, la misère sociale, affective, intellectuelle embourbe nos vies. Et on fait comme si on pouvait se payer le luxe de croire que Guéant nous intéresse?
Le lien social devient une expression customisée et budgetisée par les travailleurs sociaux et les collectivités, des mots vides, un business social. Quand je retravaillerai, quand je pourrai parler souffrance au travail et que je n'aurai plus rien d'autre à voir ou à penser, oui ça m'amusera peut-être ou de regarder un match de foot ou de regarder guéant et les socialistes se disputer. En attendant, le chômage, l'inutilité sociale me renvoient à moins de superficialité dans l'existence, quand on ne peut plus rien acheter, plus rien consommer, ni faire les soldes, ni rire des blagues racistes et sexistes de ses supers collègues de taf, quand on a l'impression que tout le monde est en classe sauf toi et que tu te sens comme maintenu dans le couloir avec un bonnet d'AN-PE à regarder par les fenêtres ce qui se passe dans la salle de classe, que tu attends la sonnerie pour que les copains sortent et remplissent les rues, on se détache de tout ce qui se passe sur scène, on est fasciné par ce qui tient la scène, la machinerie, les arcanes, les soubassements, on voudrait juste parler et vivre des choses qui nous touchent, je veux dire qui nous touchent vraiment et on ne fait plus semblant d'être « indignés ».  Maintenant je sais que je n'étais déjà pas comme ça du temps où je travaillais, et que je ne serai plus dupe des chansons qui ne sont pas les miennes, si je suis soprano, tu me feras pas chanter ton pupitre vieux ténor, c'était bien tenté mais bon…
Avoir le temps de pondre un texte sur la civilisation ou se demander si c'est bien de se faire appeler mademoiselle, ça tue mon sens politique, ça étouffe mon féminisme.
La vraie question en somme, c'est comment on les fait taire? Eteindre la radio et regarder autour de soi? peut-être. Et si tu fais ça mate: vla la gueule de la civilisation!
Petite liste de choses civilisées:
-le 3949
-les bons de transport de Pôle Emploi pour les entretiens d'embauche limités à 3 jours et à hauteur de 200 euros par an, et que tu dois faire tamponner par l'employeur et que tu peux toucher que si y'a pas de gare là où tu vas sinon c'est le racket organisé entre la SNCF et Pôle Emploi qui te fait payer un billet 56 euros plus les résas mais qui t'obligent à rester là où le tampon de l'employeur te maintient, va pas te mettre dans l'idée de faire des démarches spontanées et de flâner un peu entre deux rendez-vous, des fois qu'en bougeant trop tu retrouves du travail et des fois que tu prendrais du plaisir à aller à des entretiens à Tataloose sur Orge!
-la CMU
-les réductions pour 12-25 ans, pourquoi pas pour 11-28 ou 10-33 ou 5 quarantedouze?
-les formulaires de la sécu
-la solitude parce que je travaille tu comprends
– la solitude parce que je ne travaille pas tu comprends
-les bobosbios qui colonisent les quartiers populaires et nous culpabilisent parce qu'on bouffe pas leurs légumes qui ont l'air sortis du temps de l'occupation, leurs rutabagas saisons et leurs tenues sobres à 200 euros la pièce en commerce équitable et qui t'es toi?
-le racisme ordinaire
-le sexisme ordinaire
-le mépris pour les gueux et les filles qui oublient qu'une fille ça doit sentir bon et bien s'habiller et être trop bien coiffée.
-le fait de parler de civilisation aujourd'hui, ici, maintenant.
-le rom en bas de chez toi qui t'énerve à te  demander ya madame donnez moi donnez moi que tu te permets d'insulter mais qui en somme agit comme un spam ou un slogan publicitaire en moins glamour mais en aussi insistant
-cette vie là quoi, cette sweet sweet modernity!
-tout ce que j'oublie
-ce petit texte idiot que je ponds à mon tour

En fait c'est rigolo, non? Prochaine suggestion de débat pour Guéant et le PS : Vaut-il mieux être sourd qu'aveugle? Le taboulé, le riz créole et les petits pois bonduelle peuvent-ils être servis dans nos cantines? Est-ce que les Français sonnent les matines? Pour ou contre la béchamel?
Enfin y'a de quoi faire!
Bisou civilisé
Nadia Mokaddem
PS Kafka reviens! tu nous manques!

http://youtu.be/sh0D4NRyFoY

zp8497586rq

Pub

UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :