News

Miss France : Geneviève de Fontenay perd contre Endemol

Le Tribunal de Commerce de Paris a ordonné mardi 15 juin à Geneviève de Fontenay de “cesser tout acte de dénigrement” envers les sociétés Endemol et Miss France et a interdit à la “dame au chapeau” d’organiser une élection concurrente, ont annoncé mardi soir les deux sociétés.

Confirmé à l’AFP par Geneviève de Fontenay, ce jugement la condamne à une astreinte de 3 000 euros pour “toute nouvelle infraction constatée, directe ou indirecte”. “Je fais immédiatement appel avec mon avocat. Nous irons jusqu’au bout. Je ne peux rien dire de plus : pour le moment, je n’ai pas le droit de m’exprimer!”, a déclaré Geneviève de Fontenay.

Selon Endemol, société de production propriétaire de la marque Miss France, le tribunal de commerce a jugé que les propos de Geneviève de Fontenay présentent “un caractère particulièrement péjoratif” à l’égard de la société Miss France et du groupe Endemol.

“Le tribunal a retenu que l’engagement de non-concurrence souscrit par Geneviève de Fontenay reste en vigueur, que son non-respect constitue un trouble manifestement illicite et que les élections locales organisées par Geneviève de Fontenay et son comité sont susceptibles d’entraîner un dommage imminent”, a ajouté Endemol.

Geneviève de Fontenay et Endemol se livrent depuis plusieurs mois une âpre querelle pour le contrôle du concours de beauté. Présidente historique du concours Miss France jusqu’à sa cession à Endemol, Geneviève de Fontenay a rompu récemment avec la société de production l’accusant de “bafouer” l’image du concours.

La gardienne du temple des Miss France, qui a annoncé à plusieurs reprises son intention d’organiser un autre concours national de beauté, a attaqué fin mars Endemol devant les Prud’hommes pour “rupture du contrat de travail sur le plan de l’éthique et de la morale”.

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :