News

Miss France 2011 : Geneviève de Fontenay oppose légitimité et légalité

Pour la première fois, la France devrait lundi être représentée par deux miss : Miss France 2011, Laury Thilleman élue samedi par les téléspectateurs de TF1, et « Miss Nationale-Geneviève de Fontenay 2011 » désignée dimanche soir par un jury, Barbara Morel.

Gardienne du temple des reines de beauté depuis plus d’un demi-siècle, la dame au chapeau, en rupture de ban avec la société de production Endemol, laisse les Français choisir « entre une miss légale et une miss légitime ».

« La France mérite bien deux Miss ! Une légale et une légitime ! Les Français choisiront celle qu’ils préfèrent. Mes Miss adhèrent aux valeurs que j’ai toujours défendues : avoir de la dignité en toutes circonstances, dans le respect de soi et des autres. Pour les Français, je suis le porte-drapeau de la France des valeurs. Et mes valeurs, c’est la dignité avant tout ! », a confié à l’AFP Geneviève de Fontenay, qui reproche à Endemol « d’avoir bafoué l’image de Miss France ».

Depuis 1954, au côté de son époux Louis Poirot de Fontenay, la dame au chapeau régnait sur l’élection Miss France, cérémonie et marque qu’elle a vendues en 2002 à Endemol, espérant consolider la légende de cette institution parmi les plus populaires.

Ces dernières années, les relations s’étaient tendues entre Endemol et celle que l’on surnomme souvent la « Miss des Miss ». Revendiquant un large soutien populaire, Mme de Fontenay n’a pas accepté l’an dernier qu’Endemol transforme en « star » Miss Paris 2009, Kelly Bochenko, destituée par la même société de production quelques semaines plus tôt après la parution de photos érotiques.

Avec fracas, l’icône en noir et blanc des traditions et des régions a rendu son tablier, annonçant aussitôt une élection dissidente sous ses propres couleurs, malgré une clause de non-concurrence. La cour d’appel a donné raison à la dame au chapeau à condition de ne pas dénigrer Endemol, mais la société de production s’est pourvu en cassation et le jugement final ne sera pas connue avant longtemps.

Parallèlement, Geneviève de Fontenay a attaqué Endemol aux Prud’hommes pour « rupture de contrat de travail sur le plan de l’éthique et de la morale ».

Pour la première fois depuis 56 ans, Miss France a donc été élue samedi soir sans Geneviève de Fontenay, lors d’une cérémonie organisée par Endemol pour TF1. Au cours de la soirée qui a subi une nouvelle érosion d’un million de téléspectateurs, aucune allusion n’a été faite à l’affaire alors que la chaîne mettait en avant la grande histoire des Miss France : la dame au chapeau n’a été ni citée ni montrée.

Le Parisien/Aujourd’hui-en-France a rapporté « un coup de blues à chaudes larmes » de Mme de Fontenay lors d’une interview, samedi en fin d’après-midi: « je n’en peux plus, je suis exténuée. Comment tout ça va finir ? Mal peut-être, je n’en sais rien ! Je ne sais pas ce qu’on fera en 2011. Vous savez, je me suis saignée à blanc pour financer mon élection ! », a-t-elle confié.

Jointe dimanche par l’AFP, la dame au chapeau qui a fêté ses 78 ans cet été, avait visiblement retrouvé énergie et détermination. Dans la soirée, sans diffusion TV en dehors de duplex sur la chaine d’info BFMTV, « Miss Nationale 2011 » devait être élue par un jury de journalistes et d’artistes dont Marisa Berenson.

« L’écharpe officielle de Miss Nationale 2011 sera ornée d’une Croix de Lorraine pour évoquer la liberté, la Résistance et la Lorraine, ma région », a annoncé à l’AFP Geneviève de Fontenay. « Je n’ai rien à perdre. Les Français sont avec moi, comme une déferlante ».

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :