News

MAUVAIS TEMPS – Jacques Kessler, la voix de la météo à Radio France, part à la retraite

Jacques Kessler dans son bureau de Marignane. Capture d’écran du site du quotidien régional « L’Alsace ».

Grâce à lui et à son acolyte des ondes Joël Collado, toute une génération d’auditeurs a pris l’habitude d’entendre la météo avec l’accent du Sud. Après trente-quatre années de beau et mauvais temps sur France Inter et France Info, le météorologue et journaliste Jacques Kessler part à la retraite. « Je vous laisse quand même pas mal de soleil et de ciel bleu sur la plupart des régions », a-t-il plaisanté lors de son dernier bulletin météo, dimanche 14 juillet, au micro de France Inter. Il sera remplacé par Elodie Callac, première femme à occuper un tel poste à Radio France, qui officiera aux côtés de Joël Collado et Jean-Michel Golinski, fidèles au poste.

Arrivé « par hasard » à Radio France en 1977 pour remplacer René Chaboud lors des bulletins du week-end sur France Inter, le météorologue de formation a enregistré 40 000 bulletins dans sa carrière. Parti à un rythme de cinq interventions par jour à ses débuts, il est passé à quinze bulletins, cumulant France Inter et France Info, dès la création de cette dernière, en 1987. « La météo est souvent le tampon en fin d’émission. Pour les directs, on prépare une minute, et il arrive très souvent que l’on nous demande seulement trente ou quarante secondes. A l’inverse, de manière très exceptionnelle, il arrive que l’on nous accorde plus d’une minute… » raconte M. Kessler dans les pages du quotidien régional L’Alsace, qui lui consacre un long portrait.

LA MÉTÉO « ME PARAISSAIT INSOLITE »

Car Jacques Kessler est bien alsacien d’origine, contrairement à ce que laisse penser son accent bordelais très marqué. Né à Mulhouse, il a passé les onze premières années de sa vie à Bourtzwiller, une petite commune du Haut-Rhin. Puis il part s’installer dans le Sud, région d’origine de sa mère. Après une prépa scientifique à Montpellier, il entre à l’Ecole nationale de la météorologie « sans vocation particulière » mais parce que ça lui paraissait « insolite ». Une fois diplômé, il y enseigne trois ans, avant de tomber « par hasard » sur une annonce de Radio France. De 1979 à 1981, il s’installe à Paris pour enregistrer la météo à la Maison de la radio, avant d’obtenir sa mutation à Marignane, où se trouve une importante station de Météo France.

Depuis cette époque, il était devenu la voix de la météo du week-end. En 2011, un groupe Facebook intitulé « Si toi aussi tu adores l’accent de Jacques Kessler » a rendu hommage à cette voix devenue familière. Contrairement à ce qu’affirmait Nicolas Delesalle dans un billet de juin, Jacques Kessler ne part pas sur un échec, puisque son dernier bulletin météo a annoncé des jours de beau temps.

Ecouter son dernier bulletin sur France Inter :

viaMAUVAIS TEMPS – Jacques Kessler, la voix de la météo à Radio France, part à la retraite | Big Browser.

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :