News

Lettre de David Kessler à Jean-Luc Hess

Monsieur le Président,
C’est avec étonnement et tristesse que j’ai pris connaissance de vos déclarations  au journaliste de « Satmag » concernant « l’héritage » laissé par vos prédécesseurs.


Déjà, avant les vacances d’été, je vous avais fait connaître ma surprise devant vos déclarations à la « Correspondance de la Presse » où, derrière le compliment apparent, vous faisiez part d’une appréciation négative sur mes compétences radiophoniques. Plusieurs de vos proches collaborateurs m’avaient expliqué que votre pensée avait été trahie par le journaliste qui avait recueilli vos propos. Je ne peux pas croire que le professionnel expérimenté que vous êtes se soit fait piéger deux fois.

Je laisse à JeanPaul Cluzel et à Martin Ajdari le soin de décider s’ils souhaitent répondre à vos propos sur le financement des travaux. Les connaissant l’un et l’autre, je trouve très désagréable que vous puissiez laisser entendre qu’ils auraient commencé des travaux sans avoir reçu un engagement ferme de l’Etat sur leur financement et, surtout, qu’ils auraient menti sur ce point. Mais c’est à eux de juger de l’opportunité d’une réaction.

 Quant à moi, vous me permettrez de dire que je ne peux admettre à nouveau que vous laissiez accréditer l’idée que l’ensemble de la gestion du dossier multimédia avant votre arrivée a été mené par des incompétents. Je pense qu’au fond, nous avons, vous et moi, une divergence d’appréciation sur l’évolution de la radio : je suis convaincu que, comme pour la presse et la télévision, les nouveaux comportements en matière de consommation media auront un impact lourd sur la consommation classique de la radio. Je ne sais pas à quel terme mais je pense que cela peut venir très vite. D’où, à mes yeux, l’importance de la décliner de façon linéaire et non linéaire sur tous les supports, comme en témoigne par exemple l’application que nous avions lancée sur les « Iphone ». Vous ne le pensez pas : vous l’avez dit lors de votre audition devant le CSA. C’est un débat légitime et, somme toute, comme Président, c’est à vous et à vous seul qu’il appartient de définir la stratégie de Radio France en fonction de votre conviction. Les années à venir nous départageront. Les convictions qui étaient les miennes, partagées par l’équipe précédente, et soutenues par le Président d’alors, ne fondent plus la stratégie de l’entreprise : je trouve ça parfaitement normal. Mais si le débat est légitime, l’accusation d’incompétence me paraît totalement inacceptable : affirmer que cette stratégie a été définie sans aucune prise en compte du social ou des problèmes industriels est à la fois inexact et insultant.

Je vous serai donc reconnaissant à l’avenir de bien vouloir cesser cette délégitimation récurrente de l’action qui fut celle, audelà de ma personne, de toute une équipe qui n’était pas composée que d’ignares et d’incompétents, entreprise de délégitimation dont je ne vois pas la justification et qui, vous le comprendrez, me peine et m’irrite.
Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’expression de mes salutations distinguées.
David Kessler

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :