News

Les sites d’information en ligne obligés de diversifier leurs ressources

Les sites d’information en ligne doivent diversifier leurs ressources, en plus des abonnements et de la publicité, pour parvenir à un modèle économique viable, ont convenu mardi plusieurs journalistes de sites, lors de premiers Entretiens du « webjournalisme » à Metz.

Outre les nouvelles recettes générées par les connexions mobiles, notamment via les applications des smartphones, les sites en ligne entendent développer les services d’e-commerce, l’exploitation des données clients ou la monétarisation de leur expertise.

« Le deuxième ressource du figaro.fr, c’est la vente de billets de spectacle, de voyages, etc…, après la publicité, mais avant les ressources de ses abonnements », a expliqué Nathalie Pignard-Cheynel, enseignante-chercheuse à l’université de Grenoble 3.

Rue 89, « à l’équilibre sur le dernier trimestre 2010 et qui devrait l’être sur l’ensemble de l’année 2011 », selon l’un de ses journalistes, Julien Martin, a pour sa part parié dès sa création en 2007 sur la construction de sites pour d’autres clients.

« Nous l’avons fait pour le site littéraire du Nouvel observateur, bibliobs.com, mais aussi pour certaines collectivités locales : les clients ne manquent pas », a assuré ce journaliste, selon lequel cette activité représente 15% des revenus de Rue 89. « Nous avons également ouvert des formations continues, qui marchent très bien, et représentent 25% de nos ressources », a-t-il ajouté.

Selon Nathalie Pignard-Cheynel, lemonde.fr, aujourd’hui rentable, pourrait s’inspirer de cette démarche et ouvrir une école de webjournalisme, à l’image de ce qu’a déjà fait le site du quotidien El Pais en Espagne.

Le débat entre sites payants et gratuits demeure vif : arretsurimages.com, principalement payant, est une réussite économique, alors que de nombreux sites mêlent désormais contenus payants et gratuits, tels liberation.fr, lemonde.fr ou bakchich.info.

Ce dernier, qui avait été placé en redressement judiciaire, a également misé sur une déclinaison papier. « Nous avons aussi des mécènes, des philanthropes qui nous ont sauvé », a précisé son rédacteur en chef, Cyril Da.

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :