News

Les radios on-line demandent au Gouvernement de soutenir leur développement

syrolLes radios on-line demandent au Gouvernement d’apporter son soutien à leur développement dans le cadre du grand emprunt national. Le SYROL se félicite de la volonté du gouvernement de vouloir apporter son soutien au développement de l’économie numérique, dans le cadre du séminaire interministériel sur le numérique qui s’est tenu le 10 juillet dernier. « L’économie numérique est une des très grandes priorités nationales sur laquelle nous allons faire porter l’investissement de la France de demain », a affirmé François Fillon, Premier Ministre.


Représentant plus de 50 radios on-line écoutées quotidiennement par plusieurs centaines de milliers d’auditeurs, le SYROL réaffirme le rôle de plus en plus émergeant des programmes numériques diffusés pour certains depuis plusieurs années par les radios on-line. Par leur réelle diversité de contenus et de formats, ces radios on-line contribuent véritablement à l’enrichissement de l’offre musicale numérique sur Internet et les mobiles auprès du grand public. Pour la plupart, ces radios on-line proposent en effet des formats musicaux thématiques inédits sur la FM et ne se contentent pas de dupliquer sur Internet des programmes déjà existants en FM. Néanmoins, leur économie reste fragile. Le SYROL souhaite attirer l’attention du gouvernement, et en particulier de Frédéric Mitterrand, Ministre de la Culture et de la Communication, et de Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’Etat chargée de la prospective et de l’économie numérique, sur l’importance des contenus qui sont disponibles aujourd’hui – et demain plus encore – sur les réseaux de communication numériques. Par leur vivacité et leur dynamisme, les radios on-line contribuent à rendre plus attractives encore les multiples applications numériques.

La consommation des programmes des radios on-line s’intègre naturellement dans la chaîne de l’économie numérique, car ces programmes sont accessibles facilement sur l’ensemble des supports numériques actuels. En effet, près de 70% de la population est équipée d’un micro-ordinateur à domicile, tandis que près de 60% des foyers bénéficient d’une connexion Internet (*). Ils peuvent accéder gratuitement et sans aucun surcoût d’équipement à l’ensemble des contenus numériques, dont les programmes des radios on-line. Dans ce contexte, les radios on-line sont une alternative sérieuse à la radio numérique terrestre, dont le déploiement dans le grand public prendra plusieurs années encore : aucun réseau de diffusion n’existe, aucun récepteur n’est aujourd’hui commercialisé.

Aucun calendrier n’a été avancé pour la couverture complète du territoire par la radio numérique, alors que les radios on-line sont d’ores et déjà accessibles en mobilité grâce à la 3G. De plus, la radio numérique terrestre nécessitera un renouvellement complet et coûteux du parc de récepteurs par les particuliers, et ne contribuera que très faiblement à l’enrichissement de l’offre de programmes actuellement disponible sur la FM.

Aussi, le SYROL demande au gouvernement d’inclure dans sa réflexion visant à réduire la fracture numérique, la possibilité d’apporter un soutien financier pour le développement des pures radios on-line, qui sont aujourd’hui, en matière d’offre de programmes, les seuls vrais acteurs de la radio numérique.

(*) Source : CREDOC, Enquêtes « Conditions de vie et Aspirations des Français » – Novembre 2008

 Communiqué de presse – Grand Emprunt – 16/09/2009 (0,16 Mo)

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :