News

Les infiltrés : interpellations après des dégradations

Deux jeunes ont été interpellés dimanche 2 mai à Bordeaux après des dégradations commises à la librairie des catholiques traditionalistes bordelais, six jours après la diffusion d’un reportage sur ce milieu.

Ces deux jeunes, qui ont reconnu être les auteurs de dégradations, ont été remis en liberté et renvoyés en correctionnelle, a indiqué lundi le parquet de Bordeaux.

Au cours du week-end, des croix gammées et des sigles SS ont également été inscrits à la peinture noire sur les murs de la maison d’un avocat bordelais, président de l’école hors-contrat Saint-Projet.

Dans cet établissement, le journaliste de Capa, auteur de l’émission “Les infiltrés” sur les milieux traditionalistes, a été témoin de chants et discours racistes et antisémites proférés tant par des élèves que par certains parents ou enseignants.

Le bar associatif du groupuscule d’extrême droite, Dies Irae, dirigé par un ancien militant du Front national a également fait l’objet de tags. Le parquet de Bordeaux avait ouvert le 29 avril une enquête préliminaire suite à la diffusion “dans le cadre de l’émission ‘Les infiltrés’ du reportage intitulé ‘A l’extrême droite du père’, révélateur d’agissements susceptibles d’incriminations pénales”.

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :