News

Le SIRTI souhaite faire partie du Conseil National du Numérique

Le SIRTI, l’organisation professionnelle des éditeurs de radios et de télévisions indépendantes, souhaite faire partie du Conseil National du Numérique dont la constitution a été annoncée par le Président de la République. Il écrit dans ce sens ce jour au gouvernement.
Les radios et les télévisions indépendantes sont des acteurs éditoriaux et économiques hautement concernés par les orientations en matière d’économie numérique. Ils souhaitent participer, aux côtés des autres acteurs et des pouvoirs publics, à la définition des objectifs, à la mise en phase des acteurs, à la régulation et à l’autorégulation de ce secteur qui est essentiel également en termes de pluralisme et de production de contenus culturels.
Les radios indépendantes sont engagées depuis plusieurs années en faveur de la radio numérique terrestre, objectif inscrit dans la loi. La relance de la RNT, reportée à ce jour sur la demande de quelques groupes encore en position dominante dans la radio analogique, est un chantier qui concerne un ensemble d’acteurs dont les pouvoirs publics.
Les télévisions indépendantes trouvent dans l’économie numérique des possibilités de développement de services nouveaux (TV thématiques, HD, TV locales ou à dimension internationale) et de nombreuses plate-formes de distribution. En même temps, les chaînes de TV indépendantes voient leurs modèles économiques mis à mal par la pression constatée sur les coûts tout au long de la chaîne de distribution numérique, au détriment des éditeurs et des producteurs de contenus.
En outre, les éditeurs audiovisuels indépendants sont des acteurs de l’internet français, les sites des radios et télévisions et les applications portables qui leur sont dédiées faisant partie des plus fréquentés ou utilisés par le public.
Enfin, les radios et télévisions indépendantes qui emploient plus de 2.000 salariés dont 500 journalistes sur le territoire français, sans aide ni subvention d’aucune sorte, sont directement concernées par les problématiques liées à la localisation des entreprises et des sites, ainsi qu’aux différences d’obligations sociales, fiscales et de toutes natures qui peuvent affecter l’existence et le développement de l’économie numérique en France.

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :