News

Le groupe Lagardère pourrait supprimer des antennes locales de RFM et Virgin Radio

lagardere-active-logoLa crise et la concurrence du MP3 auront-elles raison des radios FM musicales ? Le groupe Lagardère s’apprêterait à tailler dans le vif des réseaux d’antennes locales de ses deux stations musicales, RFM et Virgin Radio. « Nous sommes en train de regarder certaines d’entre elles », confie au Monde Didier Quillot, président du directoire de Lagardère Active. L’objectif, admet-il, est de savoir « si elles sont toutes rentables ».

L’avenir s’annonce plutôt sombre pour celles qui ne le seraient pas. Pour preuve, lundi 14 décembre, le groupe Lagardère a effectué une double « présentation de la situation économique et financière » des réseaux de décrochages locaux de RFM et Virgin Radio. La première, le matin, devant le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). La seconde, l’après-midi, face aux instances représentatives (IRTS), syndicats et représentants des personnels, des deux radios.

Au fil des années et des rachats, Virgin Radio s’est déployée sur 228 fréquences et met en oeuvre 146 décrochages locaux. Moins diffusée, RFM rassemble 192 fréquences et 55 décrochages locaux. Les deux radios seraient présentes dans 60 à 70 villes.

LAGARDEREChaque bureau local emploie au minimum un journaliste et un animateur, auxquels il faut ajouter les commerciaux chargés de collecter la publicité locale. Pour l’heure, fait-on savoir chez Lagardère Active, « aucune décision n’est prise. Aucun dossier n’a été déposé au CSA ».

Les personnels ont des raisons de s’inquiéter. Avant de prendre, il y a quelques semaines, la direction des programmes de RFM et Virgin Radio, Jean Isnard aurait effectué une étude sur l’avenir des décrochages locaux. Elle concluait qu’il serait plus rentable d’en fermer un certain nombre et de les centraliser à Paris.

En pratique, seules les radios proposant des décrochages locaux peuvent aussi diffuser de la publicité locale. Elles sont en général classées par le CSA en catégorie C. Si elles déposent un dossier à l’autorité de régulation pour fermer leurs bureaux locaux, ces stations peuvent être reversées en catégorie D. Elles ne retransmettront alors plus que le signal national, sans publicité locale. Les premières fermetures d’antennes locales ne pourraient pas intervenir avant février ou mars 2010.

Selon la dernière enquête de Médiamétrie sur l’audience des radios en septembre et octobre, RFM était en légère hausse, avec 4,6 % d’audience cumulée, contre 4,4 % il y a un an à la même époque. Virgin Radio était en forte baisse, avec 4,7 % d’audience cumulée, contre 5,9 % il y a un an.

« Crise structurelle »

Côté publicité, les rôles s’inversent. En cette fin d’année, le chiffre d’affaires de Virgin Radio progresserait de près de 40 %, en recettes nettes. RFM serait à la peine avec un recul de 2 % à 3 %.

Le temps de la réflexion, chez Lagardère Active, pourrait prendre plusieurs semaines. Mais le groupe réitère « sa volonté de maintenir une présence locale significative ».

Au sein de Lagardère Active, ces « mesures économiques drastiques » ne constituent pas une surprise. « Pour Didier Quillot et Alexandre Bompard, PDG d’Europe 1, la crise qui frappe le secteur de la radio n’est pas conjoncturelle mais structurelle », explique, sous couvert d’anonymat, un cadre du groupe. Ce dernier s’attend ainsi à des « coupes claires » dans les prochaines semaines au sein de Lagardère Active.

Outre un plan d’économies pour RFM et Virgin Radio, Lagardère veut aussi céder Europe 1 Sport, sa radio parisienne d’information sportive. Le groupe l’avait rachetée il y a deux ans pour en faire sa tête de réseau d’une fréquence numérique nationale. Mais chez Lagardère, comme dans les autres radios privées, on ne croit plus à la radio numérique terrestre (RNT). Trop chère, trop tard ! Europe 1 Sport coûterait 1,2 million d’euros par an à Lagardère.

Enfin, selon nos informations, Lagardère Active mènerait aussi une « réflexion » sur les salaires des animateurs. Notamment à Europe 1. Selon un cadre, l’idée, « copiée sur l’exemple de TF1 », serait « d’embaucher des animateurs moins payés » tout en maintenant les audiences.

Guy Dutheil
http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2009/12/15/confronte-au-declin-des-radios-musicales-lagardere-envisage-de-fermer-des-locales_1280895_3236.html

rfm

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :