News

Le Conseil d’Administration de France Télévisions approuve son budget 2014

france_télévisions

Un budget prévisionnel dans le cadre du plan d’économies conforme à l’avenant au COM

L’ambition éditoriale de France Télévisions réaffirmée  dans un contexte concurrentiel accru

 Le Conseil d’Administration de France Télévisions, réuni le 20 décembre 2013 sous la présidence de Rémy Pflimlin, a adopté le budget prévisionnel 2014.

 Malgré des prévisions de recettes publicitaires en retrait, le budget 2014 s’inscrit dans le respect des équilibres et des engagements inscrits à l’avenant au contrat d’objectifs et de moyens de France Télévisions signé le 22 novembre dernier.

1) Un contexte économique fortement contraint et des ressources publicitaires en baisse

 2) Des économies sur les coûts de structures (hors programmes) qui permettent de préserver les programmes

3) L’ambition éditoriale de France Télévisions et la priorité pour le numérique réaffirmées

 4) Un niveau d’effectifs de 10 138 équivalents temps plein en 2014, contre 10 316 en 2013 et 10 490 en 2012

 5) Un résultat 2014 en ligne avec le contrat d’objectifs et de moyens

 

————————–

 

 1) Un contexte économique fortement contraint et des ressources publicitaires en baisse 

Pour 2013, le chiffre d’affaires publicitaires de France Télévisions devrait atteindre 325 millions d’euros. Une performance supérieure aux prévisions de septembre (316 M€) mais toutefois en retrait par rapport à l’objectif de 340 millions d’euros inscrits dans le budget prévisionnel.

Prenant en compte cette conjoncture générale incertaine et les handicaps concurrentiels spécifiques à l’offre de France Télévisions, les ressources publicitaires du groupe sont estimées à 320 M€ pour l’année 2014, soit 25 M€ de moins que dans le plan d’affaires de l’avenant au COM (345 M€).

Les ressources publiques s’élèvent, quant à elles, à 2493 M€, quasiment en ligne avec l’avenant au contrat d’objectifs et de moyens.

2) Des économies sur les coûts de structures (hors programmes) qui permettent de préserver les programmes 

La baisse des ressources publicitaires est compensée par un effort supplémentaire porté sur les charges hors programmes dans tous les domaines d’activité de l’entreprise.

Le plan d’économies sans précédent engagé depuis 2012 se poursuivra, permettant de réduire de 5% les dépenses hors programmes par rapport à 2013, et de 3,2% (- 15 M€) par rapport à l’avenant au COM récemment signé, et ce en dépit de la montée en charge du poids des investissements de modernisation conduits ces dernières années.

A titre d’illustration, les dépenses de communication, frais de mission et recours à l’intérim, auront baissé de 14 % entre 2012 et 2014 soit plus de 10 M€.

3) L’ambition éditoriale de France Télévisions et la priorité pour le numérique réaffirmées

Dans une année marquée par les Jeux Olympiques et Paralympiques de Sochi, ainsi que par les élections municipales et européennes, les moyens alloués aux programmes sont quasi en stabilité par rapport à 2013 (- 0,3%) et en ligne avec l’avenant au COM, à 2 084 M€.

Ils permettront de couvrir un nombre important d’événements d’antenne exceptionnels liés notamment aux commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale et des 70 ans du Débarquement et de la Libération. Ils assureront par ailleurs le renouvellement de l’offre de France 4, conformément aux orientations récemment convenues avec l’Etat.

Par ailleurs, les développements numériques se poursuivront à un rythme élevé en 2014, avec une priorité donnée à l’enrichissement de l’offre jeunesse sur de nouvelles plateformes. Au total, entre le lancement de Pluzz, la mise en place successive des plateformes francetvinfo, francetvsport, francetv éducation, Culturebox, la refonte complète des sites des chaînes, le déploiement des offres numériques en région et Outremer, l’ensemble des développements liés à la télévision connectée ou à la « social TV », les investissements transmédia et des nouvelles écritures et les projets en cours tels la plateforme jeunesse, les moyens dévolus au numérique seront passés de 46 M€ en 2011 à 78 M€ en 2014 (+ 70%).

4) Un niveau d’effectifs de 10 138 équivalents temps plein en 2014, contre 10 316 en 2013 et 10 490 en 2012

Les efforts engagés en 2013 se poursuivent en 2014, malgré une année riche en événements éditoriaux. Les hypothèses retenues dans le budget conduisent ainsi à un niveau de 10 138 équivalents temps plein contre 10 316 au budget 2013, et 10 490 en 2012.

5) Un résultat 2014 en ligne avec le contrat d’objectifs et de moyens

Compte tenu de ces éléments, la perte prévisionnelle 2014 est estimée à 40,5 M€, en ligne avec le résultat prévu au plan d’affaires de l’entreprise (- 38,3 M€), l’écart résultant d’un abattement des concours publics intervenu en fin de débat parlementaire sur le projet de loi de finances pour 2014 (- 2,5 M€). Ce résultat permet de maintenir et de réaffirmer le cap du retour à l’équilibre financier à l’horizon en 2015.

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :