News

Lazare Groune : L'homme qui ne veut pas mourir avec sa radio

Mis en examen pour « abus de biens sociaux et abus de confiance », le P-DG de Vitamine, une radio très dynamique à Toulon, crie à l'erreur judiciaire.

« C'est une affaire qui me rend fou. Quatre ans de vexation, de harcèlement judiciaire… Si ça continue, je vais finir par perdre la raison. » Jusqu'en 2008, Lazare Groune, P-DG de radio Vitamine, une station basée dans la périphérie de Toulon, était un patron heureux. Les finances de son entreprise étaient saines. Les programmes diffusés 24 heures sur 24 de Marseille à Menton captaient l'attention de près de 200 000 auditeurs par jour. Quant aux contrats publicitaires, ils faisaient les beaux jours d'un média rescapé de la grande aventure des radios « libres » issues du début des années 80.

Mais il y a quatre ans, tout s'est écroulé. Une histoire de famille qui a mal tourné. Le frère et la soeur de Lazare Groune, membres du conseil d'administration de Vitamine, portent plainte contre leur aîné pour « fabrication de faux statuts » et « détournement de fonds » auprès du tribunal de Toulon. Ils accusent le P-DG d'avoir détourné plus d'un million d'euros à son profit. Le parquet de Toulon, qui prend l'affaire au sérieux, ouvre une enquête préliminaire qui est confiée à la section financière de la police judiciaire. Dans le même temps, l'administration fiscale passe au peigne fin tous les comptes de la radio et de ses sociétés satellites. En pure perte. Excepté quelques anomalies qui portent sur des sommes mineures, les incorruptibles du fisc ne trouvent rien qui justifie une procédure pénale à l'encontre de Lazare Groune. Le P-DG de Vitamine, une « grande gueule » pour certains, un « entrepreneur de combat » pour les autres, crie victoire. Un peu trop vite…

« Un paria »

Convoqué fin juin 2011 devant le tribunal de Toulon par les deux juges d'instruction chargés désormais de l'affaire, Lazare Groune est mis en examen pour « abus de biens sociaux », « abus de confiance » et « faux et usage de faux », puis écroué à la maison d'arrêt de La Farlède, près de Toulon. Son comptable et le directeur général de la station sont aussi mis en examen pour les mêmes motifs mais demeurent libres. Radio Vitamine est au bord de l'explosion. Cependant, à sa sortie de prison, neuf jours plus tard, Groune repart au combat. Le P-DG s'estime victime d'une erreur judiciaire, il demande à la justice que tous ses disques durs d'ordinateur soient saisis et examinés, mais aussi que les employés et commerciaux de la radio soient entendus. Il réclame également des confrontations avec ses accusateurs. Mais curieusement, rien ne bouge du côté du palais de justice de Toulon. « Tout s'est passé comme si l'instruction avait été menée à charge, estime aujourd'hui le P-DG de Vitamine. On ne m'a jamais entendu sur le fond du dossier. J'étais un paria. Un homme à abattre. »

Au printemps dernier, alors que l'instruction est toujours au point mort, Lazare Groune décide de porter plainte contre le magistrat qui a suivi le dossier pour « entrave au bon déroulement de la justice ». Les avocats de la partie adverse sont également visés par la plainte. Une procédure rarissime qui jette un froid dans les allées du tribunal et au barreau de Toulon. Et ce, d'autant plus que de nouveaux contrôles effectués par l'administration fiscale en 2012 sur les comptes de Vitamine concluent à leur honnêteté et à leur véracité. La plainte du P-DG contre le magistrat et les avocats de la partie adverse a été classée par le procureur général de la cour d'Aix-en-Provence sans que le P-DG soit même auditionné. Depuis, Lazare Groune s'est constitué partie civile : « On voudrait me détruire professionnellement et moralement que l'on ne s'y prendrait pas autrement. »

Indépendance

Acharnement judiciaire ou affaire d'abus de biens sociaux massifs ? « Cette enquête est instruite par deux juges d'instruction qui font leur travail en toute indépendance », tempère une source proche du dossier. Et celle-ci d'observer : « Lazare Groune a aujourd'hui épuisé tous ses recours. Pourquoi la chambre d'instruction, qui est totalement indépendante du parquet, aurait confirmé l'ensemble des mises en examen et ordonné au P-DG un cautionnement de 200 000 euros si le dossier était vide ? »

La défense, qui laisse entendre qu'il y a eu un complot, réclame l'impartialité de la justice. Vitamine intéresse beaucoup de monde, explique Antoine Béraud, l'avocat marseillais de Lazare Groune. « Probablement des gens très influents parmi certains décideurs économiques varois qui voudraient jeter leur dévolu sur un média très rentable et le récupérer à leur profit. Je n'en veux pour preuve que la décision du CSA d'accorder une nouvelle fréquence à Vitamine à… Paris. Cela représente entre 10 et 15 millions de chiffre d'affaires en plus pour cette radio. »

Aujourd'hui le P-DG dit craindre que l'on attente à sa vie : « J'ai reçu des menaces très explicites. Vitamine vaut de l'or. Et dans ce département, l'or peut parfois se changer en plomb », murmure-t-il, un brin glacial.

http://www.lepoint.fr/societe/l-homme-qui-ne-veut-pas-mourir-avec-sa-radio-05-11-2012-1525046_23.php

zp8497586rq

Pub

UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :