News

L’AFP à un tournant historique

La troisième agence de presse mondiale, qui a célébré ses 70 ans lundi en présence de François Hollande, doit faire face à la concurrence de l’information gratuite sur Internet et à la crise de la presse écrite.

En présence de François Hollande et de la ministre de la Culture et de la Communication Fleur Pellerin, l’Agence France-Presse (AFP) a officiellement célébré lundi ses 70 ans. Confrontée à la concurrence de l’information gratuite sur Internet et à la crise de la presse écrite, la troisième agence de presse mondiale, derrière Associated Press (AP) et Reuters, s’est profondément transformée ces dernières années pour répondre à deux défis: assurer son développement et réformer son statut pour être en conformité avec le droit européen de la concurrence.

Sur le premier point, l’AFP a effectivement fait évoluer ses activités en s’engageant, parallèlement à son métier historique d’agencier, dans la production de vidéos (aujourd’hui 200 par jour) et dans la vente à l’étranger. L’agence française, qui dispose de 200 bureaux dans 150 pays, a multiplié les gros contrats à l’export (le dernier signé en octobre dernier avec l’agence de presse japonaise Jiji). 55 % de son chiffre d’affaires sont aujourd’hui réalisés hors de France. Ses recettes commerciales ont ainsi progressé pour atteindre 288 millions d’euros en 2014 (y compris les abonnements de l’État pour 123 millions), en hausse de 3 % sur un an. Elles devraient encore croître de 2,2 % en 2015.

Réforme du statut de 1957

Pour avoir les moyens de se développer, l’AFP a créé en décembre dernier une filiale technique, AFP Blue, sans lien avec ses activités journalistiques, qui pourra lever des fonds, ce que ne pouvait pas faire l’AFP jusqu’à présent. L’agence va ainsi lever 26 millions d’euros auprès de la Caisse des dépôts, de la BPI et d’une banque privée pour financer 34 millions d’investissements sur cinq ans.

Cette initiative, combinée à la réforme de son statut, doit permettre à l’AFP de régulariser ses relations avec l’État et de se mettre en conformité avec les règles européennes de la concurrence. Le Parlement examine actuellement la réforme des textes qui régissent l’AFP depuis 1957. Le mandat de son président – actuellement Emmanuel Hoog – devrait passer de trois à cinq ans et cinq personnalités indépendantes devraient faire leur entrée dans un conseil d’administration paritaire, aux dépens de la représentation des éditeurs. En justifiant l’aide de l’État par sa mission d’intérêt général, l’AFP devrait ainsi mettre un terme à l’instruction d’une plainte pour concurrence déloyale déposée en 2010 à Bruxelles. Restera à signer un nouveau contrat d’objectifs et de moyens avec l’État, ce qui devrait être fait avant le début du printemps.

viaL’AFP à un tournant historique.

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :