News

La Sacem répond aux coiffeurs alsaciens en colères

Une partie des 1.500 salons alsaciens ont coupé lundi la musique pour protester contre « les formidables hausses réclamées par la Sacem », selon le président de l’union régionale de la coiffure, Bernard Stalter.

Les salons de coiffure payent des redevances de 24 à 35 euros par an pour la musique qu’ils diffusent à leurs clients, mais ces montants vont être portés l’an prochain à 90 euros, s’est-il plaint.

La Sacem estime, mardi 6 juillet, avoir été « injustement mise en cause » par les coiffeurs alsaciens, qui l’accusent de vouloir augmenter la redevance sur la musique distillée sous les casques-séchoirs alors que cette décision relève d’un autre organisme.

Communiqué de presse, mardi 6 juillet 2010

La Sacem n’est aucunement concernée par les critiques émises par des coiffeurs alsaciens. La Sacem s’étonne d’être directement et injustement mise en cause par certains coiffeurs alsaciens alors que les redevances de droits d’auteurs de son répertoire n’ont pas été modifiées.

La critique faite par M. Stalter, Vice-Président de l’Union nationale des salons de coiffure, vise en réalité l’augmentation de la rémunération équitable gérée par la SPRE en vertu des articles L 214-1 et suivants du Code de la Propriété Intellectuelle.
La récente revalorisation significative des barèmes de la rémunération équitable résulte d’une décision règlementaire du 5 janvier 2010 votée par la Commission de l’article L 214-4 du Code de la Propriété Intellectuelle et publiée au Journal Officiel du 23 janvier 2010. Aucun représentant de la SACEM ne siège au sein de cette Commission, présidée par un représentant de l’Etat, Monsieur Gilles Andréani, et composée à part égale de représentants des bénéficiaires du droit à rémunération (artistes et producteurs phonographiques) et de représentants des organisations d’utilisateurs de phonogrammes dont la liste a été déterminée par voie ministérielle.
N’ayant à aucun moment été associée aux travaux de ladite Commission, ni consultée sur l’économie des nouveaux tarifs, la SACEM s’estime par conséquent totalement étrangère à cette polémique.

 

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :