News

L’ Azerbaïdjan perd son procès face aux journalistes de « Cash Investigation »

Elise Lucet et Laurent Richard étaient poursuivis pour avoir qualifié le pays de «dictature». Le tribunal correctionnel de Nanterre (Hauts-de-Seine) a jugé la procédure intentée par Bakou irrecevable.

«La loi sur la presse a été mise en place pour éviter toute censure politique, a rappelé la présidente du tribunal.Donc elle ne peut permettre à un Etat d’agir sur son fondement pour censurer un citoyen et, a fortiori, un journaliste.»

Elise Lucet était poursuivie pour avoir qualifié l’Azerbaïdjan de «dictature parmi les plus féroces au monde»,en introduction du documentaire « Mon président est en voyage d’affaires » (Cash Investigation, Premières Lignes), diffusé en septembre 2015 sur France 2. Laurent Richard, auteur du film, était accusé d’avoir employé le même terme dans une interview. Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions, se retrouvait poursuivie par ricochet.

Le procureur, lors de l’audience du 5 septembre, avait défendu l’irrecevabilité de la plainte de Bakou, en rappelant la jurisprudence qui veut qu’un Etat ne peut être considéré comme un particulier, et donc lancer une procédure pour diffamation. En mai, la cour d’appel de Versailles avait notamment confirmé pour ce motif un non-lieu en faveur du député UDI François Rochebloine, poursuivi par l’Azerbaïdjan – déjà – pour l’avoir qualifié d’«Etat terroriste».

L’Azerbaïdjan, qui demandait un euro symbolique en réparation du préjudice présumé, a décidé de se pourvoir en appel.

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :