News

Koh-Lanta : le médecin de l’émission se suicide

Koh-Lanta a fait une nouvelle victime. Le médecin présent sur le lieu de tournage au moment de la mort de Gérald Babin, le vendredi 22 mars, s’est suicidé au Cambodge dans la nuit de dimanche à lundi. Selon la société de production du jeu de TF1, Adventure Line Productions (ALP), le docteur Thierry Costa, 38 ans, médecin-urgentiste, était présent sur le tournage depuis quatre saisons. «Son très grand professionnalisme et son humanité à l’égard des participants et des équipes de production ont toujours fait l’unanimité», a indiqué ALP.

Le médecin a laissé une lettre qui a été transmise à sa famille. Dans ce courrier, il explique que le mal a été fait, qu’il s’est senti «sali» par l’affaire du décès de Gérald Babin alors qu’il avait le sentiment d’avoir fait ce qu’il fallait. «Ces derniers jours, mon nom a été sali dans les médias. Des accusations et suppositions injustes ont été proférées à mon encontre», écrit-il. «Je suis certain d’avoir traité Gérald d’une manière respectable, comme un patient et non comme un candidat. Même si je regrette cette fin malheureuse, j’ai agi conformément au serment d’Hippocrate et entouré de vrais professionnels», ajoute-t-il.

Crédits photo : -/AFP

Thierry Costa n’a pas supporté les suites de la mort de Gérald Babin. Après le rapatriement des candidats et des équipes de production lundi, puis le retour du corps de Gérald Babin jeudi, plusieurs témoignages ont mis en doute la version des faits rapportée par la société de production.

Le site «Arrêt sur images» a été le premier à publier, mardi, un premier témoignage mettant à mal la version officielle du drame. Cette source anonyme affirmait que la production aurait empêché le médecin d’intervenir immédiatement après le malaise du candidat. «Il est évident pour n’importe quel observateur présent que Gérald va très mal avant même que l’épreuve du tir à la corde ne commence, a raconté ce témoin. Très vite, il s’effondre, la tête dans le sable. Il ne bouge plus. Le médecin présent sur place s’inquiète et demande l’autorisation à la production d’intervenir. La production refuse: pas avant que le jeu ne soit terminé. Le médecin insiste. Même refus de la production. Certaines personnes me rapportent avoir entendu Gérald appeler à l’aide. Finalement le jeu se termine.» Il s’est écoulé environ dix minutes, peut-être plus, entre le moment où la victime s’est effondrée et celui où le médecin a réagi.

Les témoignages s’enchaînent

Un deuxième témoignage, recueilli par RMC, est venu confirmer ce récit. La personne raconte: «Gérald s’effondre au cours de la première épreuve, le médecin qui suit le jeu sur un écran veut intervenir. Le présentateur, Denis Brogniart, interroge le candidat qui dit avoir des crampes. Il ne juge pas une intervention nécessaire, le réalisateur non plus, l’épreuve n’est donc pas interrompue. Gérald reste effondré sur le sable et au bout de 8 à 9 minutes, il demande de l’aide: “Appelez un médecin”. Le médecin finit par intervenir mais penche pour de la déshydratation. Il faudra attendre encore 1h30 pour que Gérald soit transféré en bateau sur une île voisine où une infirmerie a été installée par la production. C’est lors du transfert en bateau que le candidat aurait fait un malaise cardiaque. Le médecin réclame alors un transfert en hélicoptère mais on ne trouve pas le mobile du pilote et les talkies-walkies de l’équipe sont en panne. On perd donc encore du temps, et le décès de Gérald sera finalement constaté à l’hôpital de Sihanoukville.»

Face à ces accusations, la société de production a annoncé son intention de porter plainte mais ce week-end, un troisième témoignage accuse la société de production de Koh-LantaLe magazine Closer  cite un nouveau témoin anonyme : à l’issue de l’épreuve des 200 m nage, raconte cette source, Gérald semble avoir beaucoup de mal à reprendre son souffle. Il reste allongé sur le sable et peine même à répondre lorsqu’il doit se plier au passage obligé de l’interview. La séance de l’interview aurait imposé à la victime, qui était placée en fin de cordée du tir à la corde, d’attendre «en plein soleil».

«Je laisse à leur conscience les auteurs des propos anonymes tenus sur les circonstances du décès de Gérald Babin, ainsi que ceux qui les ont colportés»

Nonce Paolini, PDG de TF1

Réagissant lundi soir au suicide de Thierry Costa, le PDG de TF1, Nonce Paolini, a mis en cause «les auteurs des propos anonymes tenus sur les circonstances du décès de Gérald Babin». «Mes premières pensées vont vers la famille de Thierry Costa, a-t-il déclaré. Face à cette tragédie, je laisse à leur conscience les auteurs des propos anonymes tenus sur les circonstances du décès de Gérald Babin, ainsi que ceux qui les ont colportés, avant même que toute la lumière ait été faite sur ce drame». La société de production a elle aussi directement relié son suicide aux «accusations des médias» et insisté sur «la nécessité de publier la lettre» du médecin.

Le patron d’«Arrêt sur images», Daniel Schneidermann, leur a répondu lundi soir sur France info, déplorant que la chaîne et ALP n’aident pas plus la justice. Selon lui, c’eût été «plus décent que la mise en cause de la presse à laquelle ils se livrent».

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :