News

JURIST4MEDIAS » Loi sur l’audiovisuel : propositions du SIRTI en faveur des radios indépendantes

Lors d’un petit-déjeuner de presse auquel participait la députée Martine Martinel, le Syndicat interprofessionnel des radios et des télévisions indépendantes (SIRTI) a « fait valoir que la prochaine loi réformant l’audiovisuel doit être avant tout une loi de liberté pour les auditeurs et téléspectateurs ainsi qu’une loi d’égalité entre les éditeurs audiovisuels. »

Rappelant le rapport relatif aux crédits de l’audiovisuel public pour 2013 réalisé par la députée, rapport qui mettait déjà en avant certains « dysfonctionnements du CSA, notamment dans l’application de la loi sur la concentration en radio et l’attribution des fréquences audiovisuelles« , le SIRTI a fait plusieurs propositions concernant la future réforme de l’audiovisuel qui devrait en principe intervenir cette année :

« Assurer un service universel, pluraliste, sans contrôle d’accès ni profilage » : considérant que l’anonymat et la liberté des téléspectateurs et des auditeurs sont menacés par le numérique, le SIRTI souhaite que les pouvoirs publics garantissent davantage ces principes ;

« Établir des parts égales de fréquences en radio » : le SIRTI constate que « les 4/5ème des fréquences sont concentrées entre les mains de quelques groupes ». Pour le Syndicat, cette situation est « inacceptable ». Il demande que soit mise en place l’égalité entre toutes les radios et que soit lancé « un audit indépendant de la couverture des groupes […], afin que la loi puisse retenir une méthode pérenne de calcul des couvertures des réseaux nationaux. » Il souhaite également que le plafond anti-concentration soit abaissé et passe, par exemple, de 150 millions à 120 millions. Cette demande n’est pas nouvelle, le Syndicat ayant déjà remis en cause la méthode de calcul du Conseil supérieur de l’Audiovisuel.

« Radio Numérique Terrestre (RNT) : faire ou ne pas faire, mais choisir » : concernant la RNT, le SIRTI souhaiterait que le Gouvernement prenne une position claire sur le sujet. Soit le Gouvernement s’engage totalement dans le développement de la RNT et prend les mesures qui s’imposent dans la future loi sur l’audiovisuel : « intégration de la puce RNT dans les récepteurs neufs, extension des radios indépendantes, nouveaux projets, participation des radios publiques, calendrier de déploiement multizones, création d’un groupement d’intérêt public et aides appropriées aux PME du secteur, etc. » Soit le Gouvernement refuse de s’impliquer dans le lancement de la RNT mais, dans ce cas, le SIRTI considère que ce lancement ne peut pas fonctionner et qu’il serait donc préférable d’abandonner la RNT afin de privilégier « la redistribution des fréquences de la FM à égalité entre les groupes concentrés et les radios indépendantes. »

A l’heure actuelle, si des propositions ont déjà été formulées par le Gouvernement concernant la réforme du CSA et celle de l’audiovisuel public, très peu de choses ont été proposées concernant la radio et rien ne laisse présager de la mise en place d’une telle réforme dans la future loi sur l’audiovisuel. Grande absente du débat lors des présidentielles, la radio sera-t-elle encore la grande oubliée de la réforme à venir ?

Pour aller plus loin :

« L’audiovisuel a besoin d’une nouvelle loi de liberté et d’égalité », communiqué de presse du 12 février 2013 disponible sur le site du SIRTI

viaJURIST4MEDIAS » Loi sur l’audiovisuel : propositions du SIRTI en faveur des radios indépendantes.

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :