News

JEAN PAUL CLUZEL – LETTRE AUX COLLABORATEURS DE RADIO FRANCE

Paris, le jeudi 2 avril 2009

Mesdames, Messieurs,

Le Président de la République a bien voulu m’informer qu’il s’apprêtait à proposer à l’accord du CSA et à l’avis des commissions compétentes des deux Assemblées Jean-Luc Hees pour me succéder à la présidence de Radio France à compter du 12 mai prochain. Sans préjuger des décisions de ces institutions, je lui adresse mes félicitations. Il  avait quitté Radio France en mai 2004 à la suite d’un accord amiable. Les termes en ont été scrupuleusement respectés de part et d’autre. La passation des dossiers s’effectuera dans un esprit professionnel, au service de Radio France, à laquelle je reste profondément attaché.

 Avant que ne s’achève mon mandat, je voudrai ici vous proposer mon bilan et vous faire part de mes convictions pour faire de Radio France un acteur essentiel du monde numérique.

Au cours des dernières années, Radio France est devenue le premier groupe radiophonique français, passant devant ses concurrents privés sur tous les critères. Ces succès sont dus à votre talent et à votre travail. Ils ont d’autant plus de valeur qu’ils se situent dans un paysage où l’audience globale du média radio a eu tendance à s’effriter. Ils sont le fruit du renouvellement de toutes les grilles, y compris celle du Mouv’, qui est en cours. Radio France, plus que tout autre, a su repérer et mettre à l’antenne de nouveaux talents, qu’ils soient journalistes ou producteurs. Tous les personnels d’antenne et ceux de l’administration ont su se mobiliser pour faire une radio résolument moderne.

Ces succès ont été conduits dans le respect scrupuleux des budgets et dans le  souci de maitriser les coûts. La trésorerie au 31 mars s’élève au niveau inégalé de 87 millions d’euros. Cela devrait permettre à Radio France de financer la part qui lui reviendra dans la réhabilitation de la Maison de la Radio, sans obérer le fonctionnement ni le développement des chaînes et des formations musicales.  Une négociation serrée a ramené le coût des principaux lots du chantier de 325 à 240 millions d’euros. Cela aboutit au prix très raisonnable de 2300€ au mètre carré, comprenant les équipements techniques et la construction du nouvel auditorium de 1400  places et son orgue.

La réhabilitation de la Maison de Radio France est  entrée dans sa phase concrète. Elle durera jusqu’en 2015/2016. Au-delà de la nécessaire mise en conformité aux normes de sécurité, il s’agit de réaliser un outil performant et adapté au monde des médias numériques. Dès 2012, l’avancement du chantier permettra, si cela est confirmé par mon successeur,  aux rédactions de France Inter, de France Info et au Multimédia d’être rassemblées dans la même partie du bâtiment, face à la Seine. La proximité de cette échéance devrait être, selon moi, l’occasion de préparer et d’impulser une nouvelle organisation qui rapproche les forces éditoriales. Son objet serait d’affronter une concurrence qui s’annonce redoutable dans le monde de l’information, tout en renforçant la spécificité et la pertinence du service public.

Le dialogue social a été rénové. Un nombre d’accords sans précédent a été signé, portant sur des champs aussi divers que les mécanismes d’augmentation générale des salaires, la protection complémentaire, la formation, les carrières ou la réduction des inégalités entre hommes et femmes, sans oublier le chantier de la « diversité ». Une nouvelle possibilité s’offre de renouveler le « contrat social » de Radio France : suite à la récente loi sur l’audiovisuel, le conseil d’administration sera prochainement saisi des conséquences sur les conventions collectives de la dissolution de l’association des employeurs du service public (AESPA), N’est-ce pas l’occasion de négocier une évolution dans les automatismes de carrières, le paritarisme ou la définition souvent obsolète des métiers ? Ces caractéristiques sont  devenues au fil des ans un frein à la capacité collective de placer le service public en tête de la révolution des médias .

Le projet « Horizon 2015 », que je remettrai à mon successeur et qu’il lui appartiendra de valider, insistera aussi sur la nécessité de renforcer l’identité de Radio France et la complémentarité de ses chaînes. L’objectif pourrait être  de faire de Radio France un « bouquet » proposant une offre globale : « news », culture, musique, proximité locale, jeune, en s’appuyant sur toutes les chaînes, profondément ancrées dans le multimédia, à l’image de cette référence qu’est la BBC.

La convergence numérique ne doit pas être vécue comme une menace, mais comme une opportunité. Radio France doit être présente sur tous les supports appelés à se développer: radio numérique terrestre, téléphones portables, ordinateurs et tous les nouveaux appareils « nomades ». Il faut valoriser et  rendre disponible et accessible l’offre de Radio France partout dans l’univers numérique, sous des formats et des durées personnalisables par chaque usager.

 Enfin, la construction de l’auditorium de Radio France et celle de la Philharmonie de Paris à La Villette offrent une occasion unique aux formations de prendre une place accrue dans la vie musicale française et internationale, en accentuant leurs complémentarités et en élargissant  les publics. Il faut  saisir cette chance.

 Je souhaite un plein succès à mon successeur. Et vous, chers amis de Radio France, j’aurai, avant de partir le 12 mai prochain, l’occasion de vous remercier du bonheur professionnel que vous m’avez apporté pendant ces cinq années.                                                                           

Jean-Paul Cluzel

 

 

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :