News

Internet sans Frontières appelle à la création d’un comité de soutien à Médiapart

Internet sans Frontières appelle à la création d’un comité de soutien à Médiapart et à la presse en ligne ainsi qu’à la rédaction d’une grande loi sur le droit de l’information à l’ère du numérique.‏ Les attaques que subit Mediapart.fr depuis le déclenchement de l’affaire Woerth Bettencourt sont indignes de notre démocratie.

Christophe Ginisty, président de l’association Internet sans frontières souhaite lancer un appel solennel : « Dans un pays qui fut à la pointe de la liberté d’informer en promulguant la grande loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, nous ne pouvons tolérer que des responsables politiques, élus de la République, puissent proférer les accusations de fascisme et « poubelle » à l’encontre d’un site d’information.

La presse sur Internet est parfaitement légitime et les journalistes qui la composent font le même travail que leurs confrères d’autres médias. Il est totalement aberrant de tenter d’établir une distinction, voire une échelle de valeur entre les journalistes, suivant qu’ils s’expriment sur Internet, sur papier ou à la radio. A travers les attaques contre Mediapart, ce sont nos libertés individuelles qui sont menacées et c’est toute la presse qui est visée par ces attaques politiques et avec elle tous les journalistes qui font leur travail en toute indépendance. »

Comme l’écrit fort justement Edwy Plénel dans son éditorial :

« Parce que la presse en ligne a désormais gagné en reconnaissance et imposé son indépendance, parce qu’on ne peut plus ignorer le travail d’enquête des journaux numériques, parce qu’Internet abrite un journalisme de qualité, aussi rigoureux qu’audacieux, parce que la culture participative et interactive du Web permet de regagner la confiance et de retrouver l’adhésion des lecteurs, pour toutes ces raisons que nous ne sommes évidemment pas les seuls à incarner, Mediapart fait aujourd’hui les frais publics et violents de cette attitude présidentielle, profondément contraire aux principes démocratiques. Ce faisant, ce n’est pas seulement un métier que le pouvoir actuel met en cause, mais la démocratie qu’il dédaigne et affaiblit. »

Internet sans Frontières appelle tous les partisans du droit à l’information, de la liberté de la presse et de la liberté d’expression à se mobilier pour défendre la démocratie française.

Internet sans Frontières appelle toutes les organisations qui le souhaitent à se regrouper au sein un collectif pour la défense du droit à l’information et la liberté de la presse à l’heure du numérique.

Internet sans Frontières propose à toutes les organisations qui le souhaitent de réfléchir à la rédaction d’une grande loi sur le droit de l’information et la liberté d’expression à l’ère du numérique.

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :