News

Gilles Pélisson succède à Nonce Paolini à la tête de TF1

Par lefigaro.fr , AFP, AP, Reuters Agences Mis à jour le 28/10/2015 à 18:23 Publié le 28/10/2015 à 18:19

Gilles Pélisson, 58 ans, qui vient d’être désigné à la tête de TF1, est un patron rompu aux arcanes de la Bourse de Paris pour avoir été PDG des groupes Accor et Eurodisney et familier de Bouygues pour en avoir dirigé la branche télécoms.

L’ancien PDG du groupe Accor, Gilles Pélisson, va succèder à Nonce Paolini à la tête de TF1, a annoncé mercredi le groupe de télévision dans un communiqué. Gilles Pélisson, 58 ans, «sera nommé Président directeur général le 17 février 2016, son entrée en fonction étant effective le 19 février 2016, le lendemain de la présentation des comptes de l’exercice 2015. Jusqu’à cette date, Gilles Pélisson se préparera à exercer ses nouvelles fonctions avec le concours de Nonce Paolini», a précisé le groupe.

Le PDG sortant de TF1, âgé de 66 ans et dont le mandat devait expirer en 2014, s’était vu accorder en 2013 une rallonge de deux ans pour pouvoir rester à la tête de la chaîne jusqu’à 67 ans. Les statuts de la chaîne, filiale du groupe Bouygues, interdisaient jusqu’alors de rester PDG au-delà de 65 ans. Nonce Paolini occupe ce poste depuis 2008. «Le Conseil d’administration a vivement remercié Nonce Paolini pour ces neuf années passées à la tête du groupe TF1», a salué le groupe dans son communiqué. «TF1 a maintenu sa position de leader pendant une période très complexe marquée à la fois par une grave crise économique et par de grandes évolutions technologiques, réglementaires, concurrentielles ou commerciales», a-t-il ajouté.

Redonner de l’éclat aux audiences

Son successeur Gilles Pélisson, dont la nomination était devenue un secret de polichinelle au fil des semaines, aura pour principale mission de redonner de l’éclat aux audiences du groupe audiovisuel malmené par l’arrivée de la TNT et la multiplication des écrans. Toujours ultra-dominante dans la télévision française, la «Une» n’arrive pas a enrayer le déclin de son audience qui a chuté de 30,7% en 2007 à 21,4% actuellement.

Si le parcours de Gilles Pélisson, membre de la garde rapprochée de Martin Bouygues, impressionne (Eurodisney, Noos, Bouygues Telecom, Accor…), il n’est pas considéré par les observateurs comme un homme de télévision à l’inverse d’autres dirigeants dont les noms ont été un temps évoqués pour remplacer Nonce Paolini, tels que Rodolphe Belmer, l’ex-patron de Canal+ finalement parti chez Eutelsat.

Le dossier LCI est une priorité

Mais fort de ses expériences dans les nouvelles technologies chez Bouygues Telecom, et dans le secteur des contenus et du divertissement chez Eurodisney, Gilles Pélisson devra pousser TF1 à se réinventer et s’adapter à la révolution audiovisuelle engendrée par l’irruption de nouveaux acteurs.

Administrateur indépendant de la première chaîne depuis 2009, Gilles Pélisson a eu tout le temps de mesurer l’ampleur de sa tâche future. L’enjeu du passage en gratuit de sa chaîne d’information en continu LCI, qui creuse ses pertes dans son actuel modèle économique payant, sera une priorité. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) doit dire d’ici la fin de l’année s’il donne ou non au groupe TF1 une cinquième chaîne gratuite, après TF1, HD1, NT1 et TMC.

Le groupe de télévision précise dans un communiqué que ses recettes publicitaires ont reculé de 4,9% au troisième trimestre et que le marché net de la publicité télévisuelle devrait rester «stable» au dernier trimestre en l’absence de signaux clairs de reprise et en raison d’une visibilité toujours faible.

TF1 a vu son chiffre d’affaires baisser de 4,1% au troisième trimestre à 419,3 millions d’euros tandis que son résultat opérationnel courant a progressé de 5,6% à 9,5 millions. Mais le bénéfice net part du groupe s’affiche en baisse de 81,3% , à 3,9 millions d’euros, affecté par un changement de périmètre avec notamment la cession d’Eurosport.

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :