News

France Télévisions : Patrick de Carolis candidat à sa succession

Le patron de France Télévisions, Patrick de Carolis, a annoncé mardi 8 juin être candidat à sa propre succession à la tête du groupe public, défendant avec pugnacité l’action qu’il a menée avec son équipe depuis cinq ans. Son mandat arrivant à terme en août prochain.

Selon la loi de mars 2009 sur l’audiovisuel public, c’est désormais le chef de l’Etat qui désigne les présidents des groupes et non plus le Conseil supérieur de l’audiovisuel. Plusieurs noms ont été avancés pour succéder à Patrick de Carolis, notamment ceux d’Alexandre Bompard, actuel PDG d’Europe 1, et de Rémy Pflimlin, directeur général de Presstalis (ex-NMPP).

En bons termes avec Nicolas Sarkozy?
“J’ai dit au président de la République que je souhaitais repartir avec une équipe gagnante, c’est-à-dire avec l’équipe actuelle”, a expliqué Patrick de Carolis à l’occasion de la présentation des programmes d’été de son groupe. Il a transmis vendredi soir 4 juin à Nicolas Sarkozy “une note d’intention stratégique pour les cinq prochaines années concernant l’avenir de France Télévisions”. Cette note reprend noir sur blanc ses propositions lors d’un entretien en tête-à-tête d’une heure avec le président de la République il y a quelques semaines.

Sans révéler la teneur de “cette note confidentielle”, Patrick de Carolis admet avoir plaidé “pour le renforcement de la ligne éditoriale actuelle” et pour le maintien de la publicité avant 20 heures, notamment en raison de la charge financière que représenterait sa suppression pour l’Etat

Carolis ou la “positive attitude”
A la barre du groupe public depuis cinq ans , il a dressé un bilan “extrêmement positif” de l’action de son équipe “sur le plan des contenus, sur le plan économique et, je dirais même, sur le plan social”. “Avec Patrice Duhamel (numéro deux du groupe, ndlr) et l’ensemble des équipes, nous avons appliqué une stratégie que j’avais proposée au CSA il y a cinq ans, nous n’avons pas dévié d’un iota”, s’est-il félicité, estimant avoir “changé considérablement le visage du service public”.

Il a cité en exemple le nombre d’émissions culturelles (hors fiction) passé de 250 à son arrivée à près de 900 aujourd’hui, tandis que les audiences (32% de part de marché pour le groupe) résistaient à la montée de la TNT. “Nous avons eu cinq ans d’extrême turbulence et malgré cela nous avons rendu des comptes équilibrés fin 2009”, a-t-il également relevé. France Télévisions a dégagé 19,6 millions d’euros de résultat net l’année dernière.

Concernant son éventuelle reconduction, Patrick de Carolis s’est déclaré “optimiste” parce que, a-t-il noté, “j’écoute régulièrement la parole du président de la République et il a toujours dit qu’il basait ses décisions sur la culture du résultat”.

De nouveaux services d’ici la rentrée
Le groupe public s’apprête à lancer trois nouveaux services : début juillet un portail baptisé “Pluzz” pour la catch up TV (la télévision de rattrapage), en septembre quatre web télévisions à Lille, Limoges, Lyon et Nantes, ainsi qu’un portail d’information unique pour le groupe

Quant aux programmes d’été, ils seront axés sur la culture (théâtre en direct, opéras dont Tosca et Turandot), le sport (Tour de France, Coupe du monde de foot), l’aventure (Ford Boyard dans une nouvelle version, Mission millenium, un nouveau jeu) et la fiction en tous genres (séries et téléfilms).

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :