News

France Télévisions : malaise palpable

La nouvelle organisation de France Télévisions crée des remous au sein du personnel, qui fustige une absence de communication et de moyens, un malaise que la direction reconnaît et s’attelle à régler.

La loi du 5 mars 2009 réformant l’audiovisuel public a transformé France Télévisions (France 2, France 3, France 4, France 5 et RFO), auparavant constitué d’une quarantaine de sociétés, en une entreprise unique.

Mais la nouvelle structure passe mal : grèves à France 3 Champagne-Ardenne, Bourgogne et France-Comté le 1er octobre, à France 3 Alsace le 24 septembre, deux tentatives de suicide, un rapport sévère du Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT).

Le Syndicat national des Journalistes (SNJ) de France Télévisions a déploré mardi une « dégradation extrême » des conditions de travail dans un grand nombre de secteurs du groupe audiovisuel public, à la suite d’une réorganisation « à marche forcée ».

Depuis cette réforme, « les gens n’ont plus de repères, ils ne savent plus de qui ils dépendent et ce qu’ils doivent faire », a expliqué à l’AFP Carole Petit, secrétaire générale du SNJ France Télévisions.

L’arrivée de Rémy Pflimlin, dirigeant de France Télévisions depuis fin août, « a suscité de l’espoir auprès des salariés, mais rien ne se passe », a-t-elle assuré.

« En région, les problèmes liés à la nouvelle organisation portent sur l’absence d’adéquation entre les nouveaux objectifs et les moyens. Dans les DOM-TOM, on est dans le flou le plus total », a de son côté relevé Annabelle Igier, coordinatrice pour la CGT à France Télévisions.

La direction ne rejette pas ces problèmes. « Les salariés de France Télévisions sont désorientés par la nouvelle organisation et ont besoin de trouver leurs repères », a déclaré à l’AFP Patrice Papet, directeur général délégué à l’organisation, au dialogue et aux ressources humaines de France Télévisions.

Il n’est pas question de revenir sur l’ancienne organisation, puisque la loi rend obligatoire la fusion de toutes les sociétés de France Télévisions, a-t-il précisé.

En revanche, elle va proposer « des aménagements d’organisation qui vont redonner de la responsabilité aux chaînes. L’urgent, c’est d’avoir un vrai système où les liens hiérarchiques seront clairs et compréhensibles », a souligné M. Papet.

Il va faire des annonces au personnel dès le 19 octobre dans le cadre d’un comité central d’enteprise, notamment sur la nouvelle Direction de la prévention des risques au travail.

Une pause dans les déménagements, « hormis ceux visant à améliorer les conditions de travail des salariés », vient d’être décidée.

Un rapport du CHSCT, diffusé en interne début septembre et dont l’AFP a obtenu copie mardi, s’inquiète de l’impact des déménagements sur le personnel.

« La nouvelle organisation implique aujourd’hui, pour la majorité des salariés un appauvrissement du contenu du travail, un appauvrissement du rôle professionnel, une réduction du champ des prérogatives au profit d’une logique de contrôle, un appauvrissement du champ relationnel et une dilution des collectifs de travail et des collaborations », selon ce rapport.

Enfin, il propose un « retour partiel à l’ancienne organisation du travail », qui tournait autour des liens fonctionnels des salariés et non autour des liens hiérarchiques.

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :