News

France Inter : attention danger (communiqué SUD Radio France)

Le Monde et le Nouvel Observateur se sont fait l’écho d’inquiétudes et de tensions à France Inter.
En cause la « philosophie » et les méthodes de direction de Philippe Val.

 Au même moment, Jean Luc Hees présentait ses voeux aux personnels de Radio France. Le traditionnel catalogue de bonnes intentions a été servi aux salariés.
Comment le Président de Radio France, parfait connaisseur de France Inter, peut-il ignorer le malaise qui
s’installe sur cette chaîne?
Philippe Val est brutal. En décembre dernier le Directeur de France Inter supprime la chronique d’un journaliste sur la tranche matinale sans la moindre explication et presque sans délai. Trois productrices animatrices sont prévenues au dernier moment d’une modification importante du 5-7, amputation de trente minutes.
Pas de concertation, pas de perspectives. Le Directeur dirige. Philippe Val s’essaie à l’acrobatie. Le Monde cite le Directeur de France Inter s’adressant à des personnels de la chaîne: France Inter est une radio qui
coûte cher à l’actionnaire , l’actionnaire qui n’est pourtant pas très bien traité par la station ».
Le Monde poursuit : «… Le lendemain…/…la société des producteurs rappelait à Monsieur Val que le seul actionnaire de France Inter était le peuple français à travers le paiement de la redevance audiovisuelle et non pas le président de la République Nicolas Sarkozy qui, désormais, nomme lui même le PDG de Radio France ».
Philippe Val a tenté de se justifier: Nous sommes encore dans une forme de nervosité. Il est évident pour moi que l’actionnaire d’Inter n’est pas le Président de la République, mais les auditeurs…/…tout changement est compliqué à faire mais je ne veux pas que France Inter soit un musée».
Donc lorsque Philippe Val dit « l’actionnaire pas très bien traité par la station » il faut comprendre qu’il parle des auditeurs et non pas de Nicolas Sarkozy ? Qui peut se laisser abuser par une telle pirouette de
contorsionniste malhabile ?
La volonté du Prince de nommer Philippe Val à la Direction de France Inter a été dénoncée par toutes celles et tous ceux qui se soucient de l’indépendance de cette antenne.
Nous sommes là au coeur de la régression démocratique voulue par le chef de l’Etat.
Le Monde évoque également : « … A l’Elysée on ne cache pas l’agacement qu’inspire la liberté de ton des journalistes politiques de la radio publique. En décembre 2009, lors d’un pot au service de presse de l’Elysée en compagnie de journalistes accrédités, M Sarkozy n’avait pas hésité à mettre en cause publiquement la directrice de la rédaction d’Inter et plusieurs de ses journalistes ».
Sud Radio France entend réaffirmer :
– qu’un conflit est inévitable si les méthodes de « management » au plus haut niveau ne changent pas radicalement,
– l’exigence absolue de garantir l’indépendance des antennes ; la politique éditoriale de Radio France ne peut en aucun cas se décider à l’Elysée ou à la Lanterne,
– la nécessité de préserver la qualité et l’engagement du travail des professionnels qui ont choisi d’exercer dans le service public.
Lors de ses voeux, Jean Luc Hees n’a pas voulu envoyer les bons messages aux personnels. Il ne pourra éviter très longtemps les sujets stratégiques et sensibles.

Paris le 11 janvier 2010

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :